La Radio Juive

Samuel Paty décapité : l’Education nationale n’oublie pas !

(Crédit : DR)

Deux ans après l’attentat islamiste qui a provoqué la mort du professeur d’histoire-géographie, l’Éducation nationale appelle les enseignants à lui rendre hommage la semaine prochaine. Une mission sous haute tension par l’école en France depuis plusieurs années.

Minute de silence ou discussion pédagogique

«Minute de silence, échange ou encore séquence pédagogique» : les établissements scolaires sont invités par le ministère de l’Éducation nationale à rendre hommage vendredi 14 ou lundi 17 octobre à l’enseignant d’histoire-géographie Samuel Paty. Il avait été assassiné pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

Ne pas oublier ce crime

La décapitation de Samuel Paty, 47 ans, le 16 octobre 2020, avait choqué l’opinion publique. Le professeur, qui exerçait dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avait été assassiné par Abdoullakh Anzorov, 18 ans, qui lui reprochait d’avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

L’éducation nationale veut marquer ce terrible anniversaire en dépit des craintes dans le milieu scolaire

Selon le site Eduscol ce vendredi «chaque école et chaque établissement scolaire pourra organiser un hommage à Samuel Paty le vendredi 14 octobre ou le lundi 17 octobre. Ce temps pourra prendre différentes formes (minute de silence, échange, séquence pédagogique) dont le contenu sera laissé au choix des équipes en fonction de leur situation respective».

Cultiver l’esprit critique

Ce moment pédagogique et mémoriel «est l’occasion de faire prendre conscience de ce qu’est l’esprit critique, l’importance de la démarche scientifique, fondée sur les faits et leur observation. La confrontation des faits, des représentations et des idées permet de se forger un avis éclairé sur les sujets les plus sensibles», assure Eduscol. On peut néanmoins craindre des réactions hostiles de certains élèves et de parents sur ce moment de pédagogie comme les minutes de silence non respectées après les attentats qui ont ensanglanté la France.

Michel Zerbib

LE 07-10-22 - 14:17