(Crédit : capture d'écran YouTube)

L’écrivaine de « Grey’s Anatomy » a faussement prétendu avoir perdu un ami dans le massacre de la synagogue à Pittsburgh

Après avoir fait l’objet d’une enquête pour avoir menti sur des faits médicaux, Elisabeth Finch ne cesse de créer la polémique notamment en affirmant qu’elle avait aidé à « nettoyer le corps du sol de la synagogue » après la fusillade de 2018.

Ayant déclaré avoir survécu à une forme rare de cancer, la scénariste de la série américaine « True Blood » a confirmé avoir eu un avortement mettant sa vie en danger. Au cours de près d’une décennie d’écriture et de production pour la série médicale de « Grey’s Anatomy », Elisabeth Finch a raconté de nombreuses histoires étranges sur son passé. 

Selon le magazine américain Vanity Fair, les histoires de Finch semblent maintenant avoir été presque entièrement montées de toutes pièces.  Toujours selon le journal l’écrivaine de confession juive était entrée dans un centre de traitement de la santé mentale peu de temps après la fusillade de la synagogue de Pittsburgh. Elle aurait confié souffrir d’un stress post-traumatique du fait de la mort d’un ami, victime de l’attentat de la synagogue « Tree of Life » de Pittsburgh.

Elisabeth Finch aurait continué à colporter cette histoire sur son lien avec l’attentat pendant des années, prétendant même que des bruits forts, le fait de parler d’armes à feu pouvait lui déclencher une crise de stress post-traumatique. Dans un tweet publié dans le sillage d’une fusillade dans une mosquée néo-zélandaise en 2019, elle s’était identifiée comme « quelqu’un qui avait vécu le carnage de la synagogue de Pittsburgh ».

Par ailleurs, les sociétés funéraires juives de Pittsburgh qui ont coordonné les opérations de nettoyage ont déclaré que personne du nom de Finch n’était, à leur connaissance, présent sur les lieux.

Raphael Uzan