(Crédit : Twitter)

Yaïr Lapid : l’approbation de l’implantation d’Evyatar mettrait à rude épreuve les relations avec les Etats-Unis

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a averti que l’approbation de l’implantation illégale d’Evyatar en Judée-Samarie pourrait tendre les relations avec les États-Unis et entraîner une violente réaction de la part de la communauté internationale, selon le Haaretz.

La nouvelle a éclaté mercredi matin que l’ancien procureur général Avichai Mandelblit avait approuvé un accord de compromis entre le gouvernement et les colons pour légaliser Evyatar dans ses dernières heures de mandat mardi. Cette décision, très controversée au sein de la coalition gouvernementale aux idéologies diverses, nécessite toujours l’approbation finale du ministre de la Défense Benny Gantz.

Selon le Haaretz, Lapid a envoyé une lettre très dure au Premier ministre Naftali Bennett, révélant que de hauts responsables américains ont averti Israël des conséquences de la poursuite du plan. « Toute étape vers la mise en œuvre du plan, qui, comme on le sait, n’a pas été faite en consultation avec moi et est contraire à mon avis, comprend une déclaration effective de terres domaniales ou la délivrance d’un « ordre spécial de planification », ce qui pourrait avoir de graves conséquences diplomatiques. conséquences et dommages aux relations extérieures, en premier lieu des États-Unis », a averti l’ancien chef d’Etat major. « Cela a déjà été clairement indiqué par l’administration américaine aux niveaux supérieurs. » « Cela causerait de réels dégâts dans la campagne juridico-diplomatique croissante [contre Israël] devant les forums internationaux, en profitant pour promouvoir la délégitimation d’Israël », a-t-il écrit.

Une copie de la lettre a également été envoyée au bureau du procureur général, d’après le quotidien israélien. La lettre aurait également noté que Lapid ne faisait pas partie des discussions récentes concernant le plan et n’a pas été consulté sur ses ramifications diplomatiques potentielles.

Gabriel Attal