(Crédit : Twitter)

Yaïr Lapid déclare avoir rencontré le chef du renseignement de l’Autorité Palestinien

Le ministre des Affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, aurait rencontré le chef du renseignement général de l’Autorité palestinienne, Majed Faraj, fin décembre, alors que certains membres du nouveau gouvernement continuent d’élargir leurs contacts avec la direction de l’Autorité palestinienne. Selon les médias israéliens, les deux hommes ont discuté de questions économiques et de sécurité, à savoir la coordination de la sécurité entre Jérusalem et Ramallah, qui a longtemps été créditée pour le maintien d’un calme relatif en Judée-Samarie.

Lapid et Faraj n’ont pas discuté d’affaires diplomatiques, selon le Haaretz, citant des sources israéliennes. C’est devenu un sujet de discussion principal de Jérusalem après des réunions avec des responsables de l’Autorité palestinienne ces derniers mois, étant donné l’opposition du Premier ministre Naftali Bennett à un État palestinien. Cependant, les lectures de l’AP à partir de ces rencontres, y compris la réunion du mois dernier entre le président de l’AP Mahmoud Abbas et le ministre de la Défense Benny Gantz, insistent sur le fait que les parties ont discuté de la construction d’un horizon pour mettre fin au conflit.

Crédit : capture d’écran YouTube

Lapid a affirmé la semaine dernière qu’il n’aurait aucun problème à rencontrer Abbas si les conditions politiques justifiaient de tels pourparlers lorsqu’il deviendrait Premier ministre en vertu de l’accord de rotation en août 2023. « Ce n’est pas à l’ordre du jour, mais je ne l’exclurai pas », a-t-il indiqué lors d’un briefing sur Zoom avec des journalistes israéliens. « Il n’y a aucune justification à ce stade. »

Dans le même temps, de tels pourparlers ne traiteraient pas d’une solution diplomatique entre les Israéliens et les Palestiniens, car la politique du gouvernement actuel consistant à ne pas tenir de négociations sur le statut final avec l’Autorité palestinienne restera en place, a-t-il souligné. « Je ne pense pas que cinq millions de Palestiniens vont disparaître, mais dans le contexte politique actuel, même après [je suis devenu Premier ministre], la coalition sera obligée d’adhérer aux accords déjà conclus, et je respecterai chaque accord que j’ai conclu avec mes partenaires », a précisé Lapid, indiquant qu’une partie de son accord avec le Premier ministre Naftali Bennett lors de la formation d’un gouvernement prévoyait qu’aucun d’entre eux ne tiendrait de négociations de paix avec les Palestiniens.

Gabriel Attal