(Crédit : Bidspirit)

Un groupe juif cherche à interdire la vente aux enchères israélienne de souvenirs nazis

Un important groupe juif européen demande à Israël d’interdire une vente aux enchères proposant des souvenirs nazis, qui doit avoir lieu dans le pays. L’Association juive européenne a déposé mercredi 22 décembre une lettre de cessation et d’abstention contre la maison d’enchères israélienne « Pentagon », qui propose plusieurs articles liés à la Shoah à vendre au plus offrant. La vente aux enchères comprend des articles tels qu’un passeport juif, des tracts nazis, des timbres nazis, ainsi qu’une boîte à cigarettes nazie autrichienne avec un relief d’un emblème d’aigle et d’une croix gammée, avec des prix allant de dizaines à des centaines de shekels. La vente aux enchères controversée du Pentagone intervient quelques semaines après que le tribunal israélien a suspendu une vente aux enchères indépendante d’un kit de tatouage partiel présenté comme ayant été utilisé sur des détenus du camp d’extermination d’Auschwitz, à la suite du tollé des survivants de la Shoah.

« L’État d’Israël doit promulguer une loi contre les ventes aux enchères de souvenirs nazis », a écrit le chef de l’EJA, le rabbin Menachem Margolin, dans son appel au ministère de la Justice et à Yad Vashem. « Mon association travaille avec des chefs d’État, des ministres et des parlementaires de haut rang dans les pays de l’UE, afin d’empêcher la culture de l’héritage nazi en mettant en vente des objets aussi ignobles à un prix élevé. « Mais honteusement, il semble que dans l’État juif d’Israël, il y a ceux qui ne craignent pas de vendre ces articles au plus offrant », a écrit Margolin. Le ministère de la Justice n’a pas encore répondu à l’appel de l’Association Juive Européenne.

Gabriel Attal