(Crédit: DR)

Bruno Questel sur Radio J: « François Hollande a désacralisé la fonction présidentielle »

Bruno Questel, député La République en Marche (LREM) de l’Eure, était au micro de Christophe Barbier ce lundi dans l’émission « Le Barbier du matin » à 7h45 sur Radio J.

Jeudi 21 octobre, le pPremier ministre Jean Castex annonçait l’indemnité inflation décidée par le gouvernement. Une annonce qui continue à soulever des critiques. Valérie Pécresse regrette notamment que la mère célibataire avec trois enfants en soit privée si elle gagne 2 100 euros alors qu’un étudiant sans voiture la recevra. «Toutes les mesures avec des conditions sont injustes pour ceux qui n’y ont pas droit », a déclaré Bruno Questel.

Arnaud Montebourg a quant à lui annoncé préférer augmenter le Smic de 10% pour faire face à l’inflation. Une mesure irréalisable pour le député LREM. « La hausse des salaires dépend des employeurs. Il convient de ne pas rentrer en frontal avec le tissu économique. Arnaud Montebourg sait bien que ce qu’il propose n’est pas réalisable. C’est de la démagogie à l’état pur », a-t-il ajouté.

La maire de Paris officiellement candidate à la Présidentielle, Anne Hidalgo, a déclaré vouloir réaliser l’égalité salariale homme femmes en cinq ans. « On ne va pas décréter d’un coup de baguette magique que hommes et femmes seront égaux dans tous les domaines de la vie courante. Cela reviendrait à nier que chacun ait son propre destin », a indiqué Bruno Questel.

Le député est également revenu sur les déclarations du polémiste d’extrême-droite Eric Zemmour. « Eric Zemmour est dans une dérive quotidienne, avec des propositions plus farfelues chaque jour qui passe ».

Enfin, Bruno Questel a réagi à la sortie du livre de François Hollande qui fustige une partie de la classe politique dont Emmanuel Macron. « François Hollande a menti aux Françaises et aux Français, il s’est inscrit dans une logique plus libérale que Nicolas Sarkozy sur certains aspects et son propre comportement a fait qu’il a plus que désacralisé la fonction », a-t-il argumenté. 

Alexandra Senigou