(Crédit: ministère des Sciences et de la technologie)

Israël et les Emirats Arabes Unis signent un accord spatial historique

Israël et les Émirats arabes unis ont signé mercredi 20 octobre un accord historique d’exploration spatiale et de coopération lors de la « Semaine mondiale de l’espace », dans le cadre de l’Expo 2020 de Dubaï. Le ministre israélien des Sciences, de la Technologie et de l’Espace, Orit Farkash, et la ministre d’État des Émirats arabes unis pour les technologies avancées, Sarah Al Amiri, ont signé ensemble l’accord historique lors de la Semaine mondiale de l’espace de l’Expo 2020, qui s’est tenue cette semaine à Dubaï. Parallèlement à l’accord-cadre, deux autres projets de coopération spécifiques ont été signés : l’un sur la mission lunaire « Beresheet 2 » et l’autre sur la recherche scientifique de pointe basée sur le satellite israélo-français « Vénus » et ses données.

Beresheet 2 est la deuxième tentative d’Israël de lancer une mission lunaire. La première – nommée « Beresheet » a été lancé en 2019 dans le but d’atterrir à la surface de la lune, faisant d’Israël le quatrième pays de la planète à tenter un atterrissage sur la Lune. L’accord relatif au satellite israélo-français «Vénus» examinera les phénomènes liés aux ressources de la Terre, à l’agriculture de précision, à la désertification et à la surveillance des plans d’eau, entre autres recherches. En examinant constamment la Terre, le satellite analysera l’agriculture, la désertification, la surveillance de l’eau et le changement climatique, des problèmes communs à Israël et aux Émirats. En outre, les deux promouvront un projet avec la participation d’étudiants arabes et juifs des deux pays. Le projet a commencé comme une initiative éducative pour les étudiants arabes et juifs du « Centre spatial de Nazareth » pour étudier l’ingénierie des satellites et l’astronomie, et est maintenant promu entre les deux pays alors qu’ils tentent de déterminer le moment exact de la naissance de la lune.

Gabriel Attal