La Radio Juive

L’Irak ordonne l’arrestation des responsables qui réclament des liens entre Bagdad et Israël

Aérport international de Bagdad Crédit : DR

Les 300 participants à l’événement au Kurdistan seront arrêtés quand leur identité sera connue.

Des mandats d’arrêt à l’encontre de deux d’entre eux ont déjà été émis contre Sahar Al Tai, haute fonctionnaire du ministère irakien de la culture et le chef tribal Wisam al-Hardan. « Les lois dites ‘anti-normalisation’ en Irak sont moralement répugnantes et ont été dénoncées à plusieurs reprises par la communauté internationale comme une atteinte aux droits de l’homme et aux libertés d’expression et d’association », a-t-il dit.

Plus de 300 Irakiens se sont réunis vendredi à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, pour soutenir la normalisation avec Israël. Le Center for Peace Communications, un groupe basé à New York qui prône un rapprochement entre Israël et le monde arabe a organisée l’événement. L’Irak est officiellement en guerre avec Israël depuis la fondation de l’État juif en 1948. Les soldats irakiens ont combattu dans trois guerres arabes successives contre Israël.

La loi irakienne continue d’infliger des sanctions strictes aux citoyens et aux résidents qui entretiennent des contacts avec des Israéliens. Pendant des décennies, l’association avec des « organisations sionistes » ou la promotion des « valeurs sionistes » était passible de la peine de mort. Un amendement de 2010 au code pénal irakien a limité cette peine à la prison à vie. La conférence de vendredi a déclenché une tempête médiatique en Irak. Le président irakien Barham Salih a dénoncé la conférence comme étant « illégale » et a accusé les participants de chercher à provoquer des troubles.

ES

LE 27-09-21 - 14:30