(Crédit: DR)

Ilan Greilsammer sur Radio J: les villageois arabes non seulement n’ont pas aidé les fugitifs palestiniens mais ont prévenu la police

Le professeur de Sciences politiques à l’université Bar Ilan de Tel Aviv, Ilan Greilsammer, était l’invité de Steve Nadjar dans le Grand Journal de Radio J pour l’émission « La semaine israélienne d’Ilan Greilsammer » ce lundi après-midi. Il est revenu sur l’évasion des six prisonniers palestiniens de la prison de Gilboa (nord d’Israël). « Un des aspects qui a beaucoup intéressé en Israël c’est justement le fait qu’étant sortis de cette galerie, ils n’ont pas trouvé réellement d’aide auprès des villageois arabes de la région. C’est une région où il y a beaucoup de villages arabes, ils ont été tout de suite vu, repéré, très tôt le matin, ont demandé l’aide à des paysans arabes qui non seulement ne les ont pas aidé mais ont prévenu la police, ce qui a conduit à leur arrestation », a déclaré Ilan Greilsammer. « Ca semblerait montrer d’une façon générale une certaine intégration la société israélienne de ces arabes israéliens dont on pensait depuis quelques mois qu’ils étaient souvent hostiles. On l’a vu lors de l’opération ‘Gardiens des murs’, des heurts très violents des arabes qui ont attaqué des juifs dans les villes mixtes. Alors comment concilier cette intégration manifestée par le refus d’aide de terroristes en fuite et d’un autre côté les heurts graves auxquels on a pu assister ? C’est la question que se pose les sociologues israéliens cette semaine. Il y a en fait deux populations, ce qui ont fait les heurts, qui ont attaqué les juifs, ce sont souvent des jeunes chômeurs, sans travail, sans revenus. Là il y a une population arabe, notamment en Galilée, autour de Gilboa, qui sont des gens souvent bien installés, bien assis dans la réalité israélienne », a ajouté Ilan Greilsammer.

Gabriel Attal