(Crédit: Twitter)

« Je ne suis pas antisémite », déclare la présidente du conseil d’administration de Ben & Jerry’s

Une semaine après que Ben & Jerry’s a annoncé qu’il cesserait de vendre des glaces en judée-Samarie, la présidente du conseil d’administration de la société a pour la première fois rejeté publiquement la suggestion selon laquelle cette décision était antisémite. Mardi, Anuradha Mittal, présidente du conseil d’administration de Ben & Jerry’s, a tweeté ses premiers commentaires sur le boycott depuis son annonce la semaine dernière. Elle a maintenu la décision et a nié être antisémite à la suite de la déclaration du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid selon laquelle le boycott est une « capitulation honteuse à l’antisémitisme ». « Je suis fière de @benandjerrys pour avoir pris position pour mettre fin à la vente de ses glaces dans le territoire palestinien occupé », a-t-elle tweeté, en utilisant le même terme pour la Judée-Samarie que celui utilisé dans l’annonce. « Cette action n’est pas antisémite. Je ne suis pas antisémite. L’ignoble haine qui m’a été lancée ne m’intimide pas. Travaillez pour la paix – pas la haine ! » Le message de Mittal est intervenu quelques jours après un rapport de NBC News selon lequel son conseil d’administration n’était pas satisfait du texte de la déclaration publiée par Unilever annonçant le boycott. Ben & Jerry’s « resterait en Israël dans le cadre d’un arrangement différent », a-t-il déclaré. Cette clause n’apparaissait pas dans l’annonce rédigée par le conseil.

Gabriel Attal