(Crédit: Unsplash)

L’Espagne commence à rejeter les demandes de citoyenneté de juifs séfarades

Le gouvernement espagnol a commencé à rejeter de nombreuses demandes de citoyenneté des Juifs sépharades qui ont été expulsés du pays il y a plus de 500 ans, selon le New York Times. À partir de 2015, l’Espagne et le Portugal ont promulgué des lois sur la citoyenneté pour les descendants des Juifs séfarades exilés pendant l’Inquisition en 1492, lorsque les Juifs ont été contraints de se convertir ou de quitter le pays, à condition qu’ils puissent prouver leur lignée sépharade. Le gouvernement espagnol a accordé la citoyenneté à 34 000 demandeurs depuis lors.

Cependant, selon le quotidien américain, les données du gouvernement espagnol montrent qu’après avoir refusé un seul demandeur avant 2021, plus de 3 000 demandeurs se sont vu refuser des demandes de citoyenneté au cours des derniers mois et 17 000 n’ont pas reçu de réponse.

Le ministère espagnol de la Justice a indiqué au New York Times que les Juifs qui remplissent les critères « sont à nouveau les bienvenus dans leur pays, mais de la même manière, ceux qui ne remplissent pas les conditions verront leur candidature rejetée comme ils le seraient dans n’importe quel autre processus. »

La loi espagnole sur la citoyenneté devait prendre fin en 2019, mais avait été prolongée jusqu’en septembre 2021 pour les demandeurs qui avaient déjà entamé la procédure. Au moment de son adoption, le gouvernement espagnol a déclaré que la loi visait à corriger « l’erreur historique » d’exiler les Juifs en 1492, de les forcer à se convertir au catholicisme ou de les brûler sur le bûcher.

Gabriel Attal