(Crédit: DR)

Le Texas pourrait retirer ses investissements dans Unilever suite au boycott de ben & Jerry’s

Le Texas pourrait retirer ses investissements à la société mère de Ben & Jerry’s Unilever, après que la société de crème glacée a décidé de boycotter la Judée-Samarie, a annoncé jeudi 22 juillet le contrôleur de l’État du Texas, Glenn Hegar. Hegar a affirmé qu’il avait demandé à son personnel de déterminer si Ben & Jerry’s ou Unilever avaient pris des mesures qui déclencheraient la loi anti-boycott de son État. Le fonds de pension du Texas s’élève à plus de 100 millions de dollars, selon Bloomberg, et Unilever est inclus dans son portefeuille.

« Les Texans ont clairement indiqué qu’ils étaient aux côtés d’Israël et de son peuple », a indiqué Hegar. « Nous sommes contre tous ceux qui souhaitent saper l’économie d’Israël et son peuple… Mon bureau a une longue histoire de soutien à Israël par le biais de nos avoirs en obligations et de la liste du contrôleur des entreprises examinées ayant des liens avec l’Iran, ainsi que de celles ayant des liens avec des organisations terroristes étrangères. » Hegar a encouragé les Texans à manger de la crème glacée Blue Bell, qui « a été fondée à Brenham, au Texas et a bien meilleur goût que les trucs trop chers et coincés fabriqués par une entreprise étrangère créée dans le Vermont ». Plus tôt cette semaine, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a annoncé qu’Israël contacterait les États américains avec des lois anti-boycott pour les encourager à prendre des mesures

Gabriel Attal