(Crédit: MDA)

Alors qu’Israël réfléchit à administrer une 3e dose, une étude montre la présence d’anticorps après 6 mois

Les agents de santé israéliens vaccinés avec le vaccin Pfizer montraient toujours des niveaux très élevés d’anticorps six mois après leurs vaccins, selon la radio publique Kan. Le rapport, basé sur des études sérologiques menées par les quatre organisations israéliennes de maintien de la santé sur les travailleurs de la santé, qui ont été les premiers Israéliens à se faire vacciner en décembre, a révélé que la plupart avaient des niveaux d’anticorps supérieurs à 700. Le rapport indique qu’un niveau de 150 était nécessaire pour être considéré comme protégé. L’un des organismes de santé a également mené une deuxième étude sérologique dans des maisons de soins et a constaté que même les patients âgés et immunodéprimés sous respirateurs vaccinés présentaient des taux d’anticorps élevés.

Pendant ce temps, une troisième étude centre médical Sheba de Tel Hashomer a révélé que les personnes vaccinées testées positives à la Covid-19 sont moins contagieuses que leurs homologues non vaccinés. Selon l’étude de 9 650 travailleurs de Sheba – menée en collaboration avec l’Université Harvard sur une période de plusieurs mois – ceux qui ont reçu au moins une dose du vaccin, puis sont testés positifs, transmettent la maladie à moins de personnes dans leur alentours. Ces études arrivent alors qu’Israël a commencé à débattre de la nécessité d’une troisième dose de vaccin au milieu d’un pic de cas et de signes que le vaccin était légèrement moins efficace contre le variant Delta.

Gabriel Attal