(Crédit: DR)

Francis Kalifat sur Radio J: « Ne pas aller voter, c’est faire le jeu de ces partis extrémistes »

Francis Kalifat, le président du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) était l’invité d’Eva Soto de mercredi matin sur Radio J, à 8h50. Il est revenu sur l’appel du CRIF à éviter les votes pour les extrêmes aux élections régionales de dimanche.

Les régionales ont lieu dimanche. Le CRIF appelle à faire barrage au vote des extrêmes, aussi bien au Rassemblement national qu’à la France insoumise. Les propos de Jean-Luc Mélenchon jugés complotistes raisonnent également encore beaucoup. « Cet appel ne s’adresse pas qu’aux Juifs », explique Francis Kalifat. « Il s’adresse à l’ensemble des citoyens de notre pays. C’est avant tout un appel à une mobilisation. Une mobilisation citoyenne et républicaine. Citoyenne parce que c’est d’abord un devoir et un droit de citoyen que d’aller voter. Et républicaine parce que nous savons que, parmi les partis qui se présentent aux élections et notamment l’extrême droite et l’extrême gauche, nous avons des partis qui abîment le pacte républicain. C’est en ça qu’il faut se mobiliser, parce que, ne pas aller voter, c’est faire le jeu de ces partis extrémistes. »

Concernant le Rassemblement national, la perspective d’une victoire est notamment possible dans les Hauts-de-France ou en PACA. Cela est bien moins évident pour La France insoumise. Malgré les propos du leader de ce parti, faut-il pour autant mettre sur un pied d’égalité les menaces que représentent le Rassemblement national et La France insoumise ? « Dans le cadre de ces élections régionales, ils ne font pas jeu égal, le danger n’est pas le même. […] En effet, le danger aujourd’hui au niveau des régionales, ce sont justement cette possibilité du Rassemblement national d’arriver à la tête de régions. […] Je crois que le principal danger », c’est la formation d’une « dynamique dans laquelle le Rassemblement national va nous entraîner […] jusqu’à la présidentielle ».  Par ailleurs, si une des régions françaises venait à tomber entre les mains du Rassemblement National, « le risque de voir Marine le Pen percer ce plafond de verre à la présidentielle sera de plus en plus présent ».

La situation sera d’autant plus complexe si, comme le président du CRIF l’a mentionné, des alliances entre la droite et l’extrême droite ou encore entre une partie de la gauche et l’extrême gauche venaient à se créer. « C’est très compliqué. Il faut le rappeler : chacun a ses engagements et chacun a ses valeurs. Je crois qu’on ne peut pas mettre en jeu ses propres valeurs uniquement pour gagner une élection. »

Finalement, il faut ajouter que l’on entend fréquemment que Marine le Pen ne fait pas de déclarations antisémites et donc, cela ne serait pas un danger pour les Juifs. Selon Francis Kalifat « il suffit de voir combien de candidats du Rassemblement national ont été pris en flagrant délit dans l’antisémitisme pour comprendre ce qu’est exactement ce parti, ce qu’est réellement ce parti. Cela va au-delà de la personne de Marine le Pen. Ce parti a une histoire. L’histoire de ce parti nous oblige à prendre conscience du danger qu’il représente. D’abord pour la République, pour la France, et puis pour nous juifs. […] Si, par malheur, elle arrivait au pouvoir, on aurait des difficultés de plus en plus difficiles à maintenir une vie juive dans notre pays. […] Il faut aujourd’hui faire barrage ».

Cécile Breton