(Crédit: ministère israélien de la Défense)

Benny Gantz appelle au renforcement de l’Autorité Palestinienne vis à vis du Hamas

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré dimanche 23 mai que, alors qu’Israël cherchait à éviter de futurs cycles de conflit dans la bande de Gaza, il devrait s’efforcer de renforcer l’Autorité Palestinienne (AP) et de diriger les efforts de reconstruction de Gaza par l’intermédiaire de l’AP, plutôt que du Hamas, qui dirige l’enclave. Cependant, Gantz a déclaré qu’Israël ne permettrait pas une reconstruction complète de Gaza tant que le Hamas ne rendra pas deux civils israéliens et les restes de deux soldats qui sont détenus par le groupe terroriste depuis plus de six ans. « Le changement le plus souhaitable à mon avis est de renforcer autant que possible l’AP et de ne pas laisser le Hamas être celui qui fixe l’ordre du jour, ni dans la zone de la bande de Gaza ni à Gaza elle-même », a souligné le chef du parti Bleu Blanc. Lorsqu’on lui a demandé si cela ne représentait que son point de vue ou si c’était aussi l’opinion du Premier ministre, Benyamin Netanyahou, Gantz a répondu que c’était la première option. « Je ne sais pas ce qu’en pense Netanyahu », a-t-il précisé.

Selon Benny Gantz, le moyen de renforcer l’AP et d’écarter le Hamas était de faire participer autant d’États arabes que possible – en particulier ceux du Golfe, ainsi que l’Égypte et la Jordanie – en plus des États-Unis et de l’Union européenne. De manière significative, le ministre de la Défense a souligné l’implication du Qatar, avec lequel Israël n’a pas de relations formelles et qui est proche de la Turquie. Doha a servi d’intermédiaire clé entre Israël et le Hamas ces dernières années, fournissant – et parfois retenant – une aide financière au groupe terroriste et aux fonctionnaires de la bande de Gaza.

Gabriel Attal