La Radio Juive

Denis Charbit: « J’aurais bien voulu être optimisme » sur la situation politique au Moyen-Orient

(Crédit: DR)

Vendredi 14 mai sur Radio J, Denis Charbit, professeur de sciences politiques, était l’invité à 7h20 de Laurence Kahn dans le Morning. Il est revenu sur les absences de perspective politique, aussi bien dans les territoires palestiniens qu’en Israël.

« L’émergence d’une solution pour mettre fin aux violences paraît difficile« , soulignait Laurence Kahn ce matin sur Radio J. Entre l’annonce de Mahmoud Abbas vendredi dernier quant au report des élections, ainsi que la crise politique en Israël qui n’arrive pas à se doter d’un gouvernement stable, Denis Charbit essayait d’être optimiste même s’il pense que « les choses ne vont pas bouger dans le bon sens »

Du côté palestinien, il y a « une double défaite de l’autorité ». « En proclamant le report des élections législatives après quinze ans, la responsabilité palestinienne a poussé toute cette énergie militante vers la violence ». De plus, « il ne faut pas oublier la responsabilité du Hamas. Le groupe terroriste a profité de ce vide pour prendre en charge les foyers de tensions à Jérusalem ainsi que pour mener une nouvelle agression contre Israël »

Du côté israélien, « les choses ont bougé ». « Alors qu’un gouvernement de changement était sur le point d’être formé, Naftali Bennett a annoncé que toute possibilité pour lui de participer à un gouvernement de changement soutenu par le parti arabe islamiste est impossible ». Ainsi, le leader du parti Yamina a rejoint Benyamin Netanyahou. « La solution qui semble la plus tangible, c’est d’accepter de procéder, non pas à un cinquième tour électoral, mais à l’élection directe au suffrage universel du premier ministre, c’est-à-dire un duel entre Netanyahou et Lapid »

Actuellement, si les villes mixtes sont le théâtre d’affrontements, la question qui se pose est de savoir si cette mixité ne fût qu’une façade. Denis Charbit se questionne, lui aussi, pour savoir si « cette normalité, qui existait encore il y a huit jours, n’était qu’une vitrine, qu’un rêve ou qu’une utopie vécue.« 

LE 14-05-21 - 13:05