(Crédit: DR)

Vers une nouvelle escalade terroriste ?

L’annonce de Mahmoud Abbas sur le report des élections palestiniennes est passée totalement inaperçue du public israélien, et pour cause. Le discours du dirigeant palestinien a eu lieu presque en même temps que le tragique accident de Meron. Mais ses propos n’ont pas échappé en revanche aux responsables de la défense israélienne. La décision du chef de l’Autorité Palestinienne n’est pas vraiment une surprise. Il était le premier à redouter une victoire du Hamas aux élections législatives du 22 mai, qui aurait sérieusement menacé son pouvoir en Cisjordanie, en permettant à l’organisation islamiste d’avoir un pied dans chaque territoire autonome.

Seulement, la décision de Mahmoud Abbas va évidemment avoir des répercussions. Le Hamas ne va pas renoncer à l’énergie qu’il a investie dans la campagne électorale, ni à son regain de visibilité en Cisjordanie après plus de dix ans de semi-clandestinité. L’organisation islamiste a aussi été en première ligne dans les récentes émeutes de Jérusalem au début du mois de Ramadan. On a vu le Hamas non seulement adresser des messages de soutien et d’encouragement aux manifestants arabes, mais aussi tirer ses roquettes contre l’ouest du Néguev, plus d’une quarantaine en deux jours.

Parallèlement, les attaques terroristes ont repris. Même s’il ne s’agit que d’actes isolés, il y a quand même eu deux agressions dimanche en l’espace de quelques heures. La première au carrefour du Gush Etsion au sud de Jérusalem. Une Palestinienne qui a voulu se suicider en tentant de poignarder des soldats. Elle a été abattue et a succombé à ses blessures. Et la seconde attaque a eu lieu au carrefour Tapuah en Samarie, près de Naplouse. Un terroriste à bord d’une voiture a ouvert le feu sur trois étudiants israéliens à une station de stop, faisant trois blessés dont deux grièvement atteints. Le terroriste a pu prendre la fuite. Ce genre d’attaque, quand elle est menée à son terme, génère toujours une émulation, tout en permettant aux organisations terroristes telles que le Hamas d’alimenter leur propagande. L’organisation palestinienne a d’ailleurs déjà commencé à multiplier les messages sur les réseaux sociaux pour appeler à de nouvelles attaques contre des Israéliens, mais aussi à « défendre Jérusalem ».

Le Ramadan n’est pas terminé. Vendredi, ce sera la dernière prière du mois, la plus importante, sur le Mt du Temple. Lundi prochain, le 10 mai, ce sera le Yom Yerushalayim, la journée anniversaire de la réunification de Jérusalem, sans oublier le 14 mai, la journée de la Naqba, la « catastrophe » palestinienne de la création de l’Etat d’Israël. Des événements dont le Hamas devrait se servir pour galvaniser ses partisans et les encourager à « défendre la mosquée Al Aqsa » par des actions dans la capitale israélienne ou en Judée Samarie.

C’est en prévision d’un embrasement potentiel que Tsahal a décidé de déployer un bataillon d’élite supplémentaire en Judée Samarie pour sécuriser les routes et les accès aux implantations. Les semaines qui viennent seront déterminantes pour le maintien du calme ou le déclenchement d’une nouvelle vague de violence dans les Territoires.

Pascale Zonszain