(Crédit: DR)

La Journée de la Terre

Ce mercredi matin dans le Morning de Radio J, au micro d’Ilana Ferhadian, Jean-François Strouf, dans son émission présentée tous les mercredis, Les pieds sur terre, parle de la Journée de la terre, qui a lieu le 22 avril. 

A l’occasion du jour de la Terre qui a lieu jeudi 22 avril, jour de sensibilisation aux questions environnementales, Jean-François Strouf explique comment il est possible d’agir sur le plan individuel puis collectif. Cette journée sert à accompagner les personnes et associations pour les inciter à diminuer leur impact sur la planète. 

Le jour de la Terre a été célébré pour la première fois le 22 avril 1970. Depuis, pour 193 pays, à peu près les mêmes qui sont dans les accords de Paris, il s’agit d’une journée importante et qui représente un milliard de personnes qui passent à l’action.

Elle se déroule au moment du changement d’horaire qui s’appelle Earth Hour. Il s’agit d’un  moment où toutes les lumières de la planète sont éteintes pendant une heure. A la différence de Earth Hour, qui est une journée de sensibilisation aux questions de l’énergie, le jour de la Terre est beaucoup plus généraliste et traite de tous les sujets.  

Jean-François Strouf dit que « la raison d’être de cette journée : favoriser des initiatives individuelles pour les mettre en commun » et explique que le slogan #JourDeLaTerreChezSoi appelle à l’inventivité. Pour se faire, ce qui est préconisé est de manger des produits portant l’appellation « bio », locaux et de saison. Réduire le gaspillage alimentaire, manger flexitarien, végétarien, puisque la viande contribue aux gaz à effet de serre, sont également des alternatives. 

Dans le domaine de l’énergie, il est favorable de se fournir en énergie verte, d’utiliser des ampoules à basse consommation et de baisser son thermostat chez soi, la température idéale étant de 19°C. En matière numérique, il est préférable de limiter l’envoi de mails, de se désabonner des newsletters qu’on ne lit pas, mais aussi de diminuer le visionnage de vidéos en ligne, car ça consomme beaucoup de CO2. 

Toujours pour protéger la planète, Jean-François Strouf conseille de faire soi-même les cosmétiques, les produits ménagers, de privilégier les vêtements de seconde main et de « consigner, composter, recycler : tendre vers le zéro déchet« .  En ce qui concerne la mobilité, il faudrait prioriser le vélo, la marche, les transports en commun et opter pour une voiture électrique. Les voyages en avion sont à éviter, lorsque c’est possible. 

La deuxième ligne d’action de cette journée concerne des programmes collectifs. L’objectif de la France est de verdir les villes en créant des corridors verts un peu partout pour réduire le CO2 dans l’air, les villes étant souvent des lieux d’accumulation de chaleur. D’autres initiatives telles que gérer les matières résiduelles, des ateliers anti-gaspillage alimentaire, des campagnes pour encourager les personnes à faire des dons lorsqu’ils ont par exemple trop de nourriture, pour que les autres puissent profiter, sont en discussion. Concernant les étudiants, la campagne “make your campus green » incite les jeunes à verdir leur campus. 

Enfin il est important de rappeler qu’aujourd’hui il y a plus de déplacés climatique que politique, malgré toutes les guerres, ce qui prouve bien que la question de la préservation de notre planète est centrale. 

Lucie Claudon