La Radio Juive

Jean-Michel Quillardet sur Radio J: « La laïcité, c’est fondamental car on commet beaucoup de confusions à tous niveaux »

(Crédit: capture d'écran YouTube)

Ce matin sur Radio J, Olivier Issembert recevait Jean-Michel Quillardet, ancien grand maître du Grand-Orient de France et fondateur de l’Observatoire internationale de la laïcité. Abordé au micro, le projet de loi sur le séparatisme actuellement en débat au Sénat ainsi que sur la fin de l’Observatoire de la laïcité.

Marlène Schiappa a officialisé l’acte de décès de l’Observatoire de la laïcité mercredi 31 mars. Jugé trop libéral par une partie de la majorité, Jean-Michel Quillardet lui, considère « qu’on a fait de faux procès à Jean-Louis Bianco », qui cessera d’être le président de l’observatoire demain. L’ancien grand maître considère en effet que « c’est un observatoire qui a été sur le terrain, qui a expliqué la laïcité avec très peu de moyen et une pédagogie de la laïcité dans les quartiers et dans les écoles ».

Jean-Michel Quillardet nous confie qu’il « regrette que la ministre est fait voter un amendement de suppression de l’Observatoire » qui doit être remplacer par une haute autorité qui n’ira plus sur le terrain, qui ne sera plus un moyen d’enseigner la laïcité. Un grand problème face à un principe « fondamental car on commet beaucoup de confusions à tous niveaux ».

Des confusions qui tentent de disparaître avec la loi sur le séparatisme qui « doit trouver des moyens pour lutter contre l’intégrisme, le terrorisme et l’islamisme radicale », nous dit Jean-Michel Quillardet. Le problème dans cette lutte, ce sont les amalgames « à l’égard de l’ensemble de la population musulmane qui elle n’est pas terroriste. » L’ancien grand maître nous donne ainsi un exemple, une loi votée par le Sénat qui vise à interdire les mères de familles voilées d’accompagner des sorties scolaires. Il expose ainsi le fait que ce soit « une sottise », car les mères juives, chrétiennes ou athées elles, peuvent accompagner sans problème leurs enfants. Un problème discriminant, mais qui va également à l’encontre de « l’intégration dans le parcours républicain et dans le parcours de l’école. » Une intégration nécessaire également vis-à-vis « de la population musulmane qui est parfois quelque peu lointaine ».

LE 02-04-21 - 14:30