(Crédit: MDA)

Le variant britannique augmente les chances d’hospitalisation de 60-70% selon Tsahal

Avant la réunion du cabinet israélien ce mardi après-midi, la direction du renseignement militaire de Tsahal a publié un rapport sur les taux d’infection en Israël, recommandant au gouvernement de reconsidérer sa décision de poursuivre le déconfinement du pays. « Surtout dans le contexte de la hausse du coefficient d’infection, nous devons reconsidérer les prochaines étapes de la réouverture de l’économie, et continuer à agir pour empêcher l’entrée de variants étrangers », ont déclaré les auteurs du rapport dans le Kikar Hashabbat.

« La tendance à la baisse des infections s’est arrêtée », a poursuivi le rapport, notant que dans le même temps, « le champ d’application est toujours important – le nombre de patients gravement malades reste relativement élevé – supérieur à 750. Le coefficient d’infection a augmenté ces dernières semaines et a presque atteint 1 au cours des derniers jours, ce qui est un signe que la baisse a ralenti jusqu’à un arrêt, et le pourcentage de tests positifs au niveau national reste relativement élevé – un signe des infections à grande échelle au sein de la population. »

Un contexte sanitaire encore fragile

« Le changement de la tendance à la baisse des infections semble être lié à la suppression des restrictions et à la contribution du variant britannique, qui est devenu dominant en Israël il y a quelque temps. Cette variante est beaucoup plus contagieuse, par rapport aux souches précédentes, et des études ont montré qu’elle augmente le risque d’infections graves et d’hospitalisations de 60 à 70% de plus que la souche d’origine. Par conséquent, plus que jamais, la responsabilité personnelle est requise, tout comme le respect des directives », toujours selon le rapport de l’armée israélienne.

Gabriel Attal