(Crédit: Avi Ohayon/GPO)

Israël en discussions avec l’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats pour une alliance de défense contre l’Iran

Israël, l’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis (EAU) et Bahreïn ont discuté de l’élargissement de la coopération face à des ennemis communs, a déclaré lundi un responsable israélien proche du dossier. La question est « discutée de manière informelle », selon la source, ajoutant que les pays étaient des alliés des États-Unis. Tous les quatre pensent qu’un Iran nucléaire serait une menace majeure et ont observé avec inquiétude le plan de l’administration Biden de rejoindre l’accord nucléaire de 2015. « Il y a beaucoup à gagner en élargissant la coopération », a affirmé la source. Ces remarques font suite à un article du président du Congrès juif mondial, Ron Lauder, dans Arab News, appelant à un « OTAN du Moyen-Orient ».

Un lien avec la vente des avions furtifs F-35 ?

Ron Lauder a précisé que ses contacts dans les États arabes considéraient Israël comme le seul allié fiable contre l’Iran, et vice versa. Ils « envisagent, consternés, l’incapacité de l’Occident à arrêter ces développements belligérants et dangereux » de l’Iran reprenant l’enrichissement de l’uranium et limitant l’accès des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique aux sites nucléaires, a-t-il souligné. « Face à la menace croissante d’un Iran malveillant et à la faiblesse d’un monde frappé par les coronavirus, la voie vers l’autosuffisance semble également être la seule voie à suivre », a écrit Ron Lauder. « Les Israéliens et les Arabes doivent saisir l’occasion de travailler ensemble pour sauver le Moyen-Orient de la catastrophe imminente de l’extrémisme et de la nucléarisation. »

Le cabinet du Premier ministre a déclaré qu’il « ne confirmait pas le rapport, mais nous sommes toujours intéressés par le renforcement des liens avec nos partenaires du Moyen-Orient ». Un des premiers indicateurs d’une possible alliance de défense est qu’Israël ne s’est pas opposé à ce que les États-Unis vendent des avions de combat F-35 aux EAU, après que les pays ont normalisé leurs relations dans le cadre des accords d’Abraham l’année dernière.

Gabriel Attal