(Crédit: chaîne de la Knesset)

Yuli Edelstein: « Dernier confinement ? Nous verrons après qu’un autre million de personnes soient vaccinées »

Le ministre israélien de la Santé, Yuli Edelstein, a déclaré e cmardi matin qu’Israël pourrait discuter du moment où le dernier confinement aura lieu « lorsque nous aurons un autre million de personnes vaccinées ». Dans une interview accordée à la radio de l’armée, il a affirmé: « Quand nous aurons avancé et que nous aurons un autre million de personnes vaccinées, nous pourrons discuter du dernier confinement et d’une réouverture plus significative. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait s’engager à ce que le confinement actuel soit le dernier d’Israël, l’ancien président de la Knesset a souligné que « si nous agissons tous de manière responsable et suivons les directives, et nous comprenons que le fait que de nombreuses personnes se font vacciner ne nous empêche pas de respecter les directives et nous garder les lignes directrices, alors j’espère que ce sera le dernier confinement. Nous rouvrons de manière significative et je suis heureux que les enfants retournent à l’école, et heureux des gymnases, des hôtels et de la culture [industrie]. »

Peu de professeurs vaccinés

Cependant, il a noté le faible nombre d’enseignants vaccinés. Selon les données, seulement 60% des enseignants ont été vaccinés », a-t-il précisé. « Après une forte pression et des menaces de grève, nous avons ouvert les vaccins aux enseignants, mais cela fait huit semaines et tout le monde n’est pas vacciné. Nous devons modifier les lois pour obliger les enseignants à vacciner ou à subir un test de dépistage au coronavirus toutes les 48 heures. »

Le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levi, a déclaré ce mardi que le gouvernement envisageait une loi qui obligerait les Israéliens à se faire vacciner contre le coronavirus, une décision qui n’est actuellement pas légale. « Nous ne pouvons pas, pour le moment, obliger le personnel enseignant à se faire vacciner en vertu de la loi protégeant les droits des patients », a-t-il affirmé. « Nous ne pouvons qu’essayer de convaincre et d’amadouer pour que plus de gens se fassent vacciner. »

Gabriel Attal