(Crédit: ministère de la Santé)

Hezi Levi: « Confiner à Pessah, une possibilité si les chiffres ne s’améliorent pas »

Le directeur général du ministère de la Santé, Hezi Levi, a déclaré sur Ynet TV ce lundi: « Si le nombre de cas de coronavirus en Israël ne s’améliore pas dans un proche avenir, les responsables n’excluront pas d’imposer un confinement pendant la fête de Pessah pour la deuxième année consécutive. » Le responsale sanitaire a ajouté qu’Israël « marchait sur la corde raide » alors que le pays commençait à lever certaines restrictions après des semaines de confinement général en raison de la flambée des cas de la Covid-19. « Je suis très inquiet, le confinement n’a pas ramené les cas graves et les décès aux niveaux que nous voulions et observés lors des fermetures précédentes », a-t-il expliqué.

« Nous constatons un taux d’infection très élevé, le nombre de reproduction de base (R) du virus se rapprochant de 1. S’il le dépasse, ce qu’il peut faire très rapidement, au lieu de 8 000 à 6 000 nouveaux cas quotidiens, nous commencerons voir le double en seulement deux semaines. Nous marchons sur la corde raide, nous ne devons pas jouer. Toute erreur peut faire monter l’infection. » Hezi Levi a indiqué que si la situation ne s’améliorait pas, les vacances de printemps de Pourim et de Pâque devront être célébrées sous de lourdes restrictions, comme l’année dernière lorsque la pandémie a frappé pour la première fois. « Le danger épidémiologique des fêtes et rassemblements de Pourim est connu de nous. Nous essayons de le rendre aussi facile que possible pour le public, mais sans prendre de risques inutiles qui augmenteront l’infection », a t-il précisé.

Gabriel Attal