(Crédit: DR)

La ville de Nice adopte la définition de l’antisémitisme de l’IHRA

La ville de Nice a adopté à l’unanimité ce vendredi la définition de l’antisémitisme de l’IHRA. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a expliqué sur son compte Twitter: « Depuis 2017 le nombre d’actes antisémites a augmenté de 121%. Ces chiffres traduisent la permanence et le développement d’un antisémitisme du quotidien. Je refuse toute forme de ‘banalisation’ de la haine. » L’ancien ministre chargé de l’Industrie a ajouté: « La définition proposée aujourd’hui au #CMNice vise à reconnaitre la définition qui été produite et adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste dans le but de renforcer et promouvoir l’enseignement de la Shoah, la recherche et la mémoire. » De nombreux pays ont adopté cette définition de l’antisémitisme de l’IHRA comme l’Espagne, l’Argentine, la Serbie ou encore l’Albanie, premier Etat musulman au monde à le faire.

Gabriel Attal