En ce moment Écouter la radio

L'affaire Sarah Halimi en toile de fond des États généraux de la justice

France.

L'affaire Sarah Halimi en toile de fond des États généraux de la justice
(Crédit: DR)

Comment redonner confiance à l’institution judiciaire ? C'est tout l'objectif de cette consultation, baptisée « Parlons justice ! ». Le coup d'envoi est donné lundi 18 septembre à Poitiers par Emmanuel Macron. Les travaux devrait déboucher en février sur des propositions de nature à bouleverser l’organisation judiciaire. Ainsi pendant cinq mois, magistrats, avocats, mais aussi personnels pénitentiaires, forces de sécurité intérieure et citoyens vont dresser un état de la situation de la justice et formuler des propositions concrètes.

La décision de la cour de cassation dans l'affaire Sarah Halimi a sans doute été un véritable détonateur dans la mise en place de cette consultation. Elle avait confirmé l’irresponsabilité pénale du meurtrier de cette femme de confession juive tuée quatre ans plus tôt à Paris. Le verdict avait entraîné une vague d’indignation et des manifestations de plusieurs milliers de personnes. Prévus par le ministère de la Justice ce chantier a été réclamé par des ténors de la cour de cassation. À l'occasion d'une rencontre avec Emmanuel Macron en juin dernier les deux magistrats ont tiré « un signal d’alarme » face aux « mises en cause systématiques de la justice », critiquée pour sa lenteur et son laxisme supposés.

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
L'affaire Sarah Halimi en toile de fond des États généraux de la justice