En ce moment Écouter la radio

Les haredim menacent de quitter la coalition alors que le Premier ministre retire le « projet de loi des rabbins » de l'ordre du jour de la Knesset

Israël.

Les haredim menacent de quitter la coalition alors que le Premier ministre retire le « projet de loi des rabbins » de l'ordre du jour de la Knesset
Meir Porush (à gauche sur la photo) serre la main de Benyamin Netanyahou - Likoud

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a retiré le très controversé « projet de loi des rabbins » de l’ordre du jour du plénum de la Knesset ainsi que de la commission parlementaire qui devait délibérer sur le projet de loi mercredi matin, quelques heures avant le vote prévu.

Selon un communiqué de la coalition mardi soir, Netanyahou a ordonné cette décision après avoir consulté le chef de file de la coalition, Ofir Katz, qui devait retirer deux collègues députés du Likud de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset en raison de leur opposition au projet de loi.

Faisant référence aux deux députés rebelles du Likud, Moshe Saada et Tally Gotliv, le chef de l’opposition Yair Lapid a déclaré que le Premier ministre « commençait à comprendre qu’il y a des gens au Likud qui ne sont plus disposés à supporter la honte ».

S’il est adopté, le projet de loi pourrait coûter aux contribuables des dizaines de millions de shekels par an en salaires pour des centaines de nouveaux rabbins de quartier employés par les municipalités locales.

Cela élargirait également considérablement l’influence du grand rabbinat et du ministère des Services religieux dans la nomination des rabbins municipaux aux dépens des autorités locales – tout en érodant le rôle des femmes dans le processus.

Les critiques du projet de loi estiment qu'il profiterait au parti Shas en fournissant des emplois à ses apparatchiks. Lundi soir, Channel 12 a rapporté que le président du Shas, Aryeh Deri, avait menacé de renverser le gouvernement s'il n'était pas adopté.

Channel 12 a également rapporté que lors d'un appel téléphonique tard dans la nuit entre Netanyahou et Deri mardi, après qu'il soit devenu clair qu'il n'y aurait pas de majorité favorable, le Premier ministre a déclaré qu'il avait fait tout son possible pour adopter le projet de loi et a exhorté le Shas. chef de ne pas saper la coalition sur cette question.

Mais mercredi matin, le Shas a averti que l'effondrement du gouvernement était inévitable après que Netanyahou ait retiré le projet de loi de l'ordre du jour de la Knesset.

« Il n’y a pas de coalition, il n’y a pas de discipline, et le plus frustrant est que le Likoud est un parti composé de 35 factions distinctes », s’est plaint un responsable anonyme du Shas, s’adressant à la chaîne publique Kan.

« Le prochain test sera la loi sur la conscription », a prédit Lapid, faisant référence au vote d’un projet de loi qui abaisserait l’âge auquel les étudiants de yeshiva sont exemptés du service militaire de 26 à 21 ans et augmenterait lentement le taux de conscription orthodoxe. "Qu'est-ce qui est le plus important, la survie politique ou la survie des troupes ?"

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Les haredim menacent de quitter la coalition alors que le Premier ministre retire le « projet de loi des rabbins » de l'ordre du jour de la Knesset