En ce moment Écouter la radio

50 000 tonnes de produits israéliens risquent d'être détruites en raison de la guerre en Ukraine

Israël.

50 000 tonnes de produits israéliens risquent d'être détruites en raison de la guerre en Ukraine
(Crédit : Leket Israel)

Les agriculteurs israéliens détruisent des milliers de tonnes de légumes frais alors que les exportations de produits vers la Russie et l'Ukraine se sont arrêtées en raison de la guerre en cours. Carottes, céleri, pommes de terre, radis… Jusqu'à 50 000 tonnes de produits agricoles pourrissent dans les entrepôts ou risquent d'être détruits. Les paiements de marchandises ont également cessé en raison de la chute de la valeur du rouble et des sanctions en réponse à la brutale invasion russe de l'Ukraine.

La situation a entraîné une crise pour des centaines d'agriculteurs israéliens, certains ayant été contraints de détruire des récoltes entières après avoir trouvé aucun autre endroit pour vendre leurs produits. Ofir Trabelsi dirige Yeron Agricultural Works, un grossiste en légumes situé dans la ville méridionale de Sharsheret. Trabelsi, qui vend 95% de ses récoltes à la Russie, a déclaré que jusqu'à présent, ils avaient dû détruire 60 dunams (15 acres) de radis et 50 dunams (12 acres) de céleri. "Nous avons détruit des champs et ce que j'ai ici dans un entrepôt frigorifique sera également probablement détruit", a déclaré Trabelsi. « Nous ne savons pas ce qui va se passer et nous n'avons reçu aucune réponse d'aucun organisme gouvernemental. Nous recherchons d'autres marchés, ce qui n'est pas si simple car tout se fait à la dernière minute.

D'autres agriculteurs sont également confrontés à un avenir incertain. Reuven Nir est PDG de la coopérative agricole Mefalsim-Kfar Aza, qui cultive des légumes-racines tels que des pommes de terre et des carottes sur une superficie de 14 000 dunams (environ 3 500 acres) dans la région frontalière de Gaza. "Pour le moment, nous avons 3 000 tonnes de carottes dans le sol destinées à la Russie", a affirmé Nir, ajoutant qu'ils commenceront à récolter les légumes la semaine prochaine et espèrent trouver un nouvel acheteur d'ici là. Malgré les difficultés, Nir espère que les exportations vers la Russie se dérouleront comme prévu initialement. "J'espère que nous ne nous brûlerons pas", a-t-il déploré. "Nous mettons les choses en chambre froide et attendons que la situation s'éclaircisse pour savoir quoi faire."

Dans le but d'éviter la destruction à grande échelle de produits frais, l'organisation de sauvetage alimentaire Leket, la banque alimentaire nationale d'Israël, a lancé un appel urgent pour distribuer les surplus de récoltes aux Israéliens dans le besoin.Pour chaque don de 180 dollars, Leket procurera 680 livres de produits aux nécessiteux, selon le site Web de Leket.

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
50 000 tonnes de produits israéliens risquent d'être détruites en raison de la guerre en Ukraine