En ce moment Écouter la radio

Les partenaires sociaux reçus le 7 janvier à Matignon

France.

Les partenaires sociaux reçus le 7 janvier à Matignon

Matignon a annoncé lundi que les partenaires sociaux seraient reçus le 7 janvier par plusieurs membres du gouvernement sur les questions de pénibilité et de gestion de fin de carrière. L'exécutif prévoit de concentrer la réunion sur "4 objectifs" : "Partager les impacts sur l'évolution des seuils relatifs à la pénibilité, renforcer les actions (...) de prévention de la pénibilité", "construire des dispositifs de reconversion pour les salariés exposés longtemps à la pénibilité", et "le maintien dans l'emploi des séniors". Le secrétaire d'Etat chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, en a dit un peu plus mardi matin sur BFM TV. Le gouvernement va notamment travailler sur le minimum de pension: "Les syndicats veulent qu'il soit au même niveau que le SMIC. Nous proposons qu'il soit à 85% du SMIC. Le gouvernement fait des propositions et nous ajustons quand cela est important."

Les syndicats ont reçu une invitation à cette réunion qui précédera la manifestation du 9 janvier. Matignon a précisé mardi matin que les invitations avec les horaires seraient envoyées dans les jours à venir. La CGT n'a apparemment pas été conviée ou en tout cas l'a appris par la presse. Son secrétaire général, Philippe Martinez, était fortement agacé sur Franceinfo: "C'est peut-être ça la nouvelle façon de dialoguer, poursuit Philippe Martinez. On fait un communiqué de presse, les syndicats écoutent la radio, on écoute Franceinfo, et on apprend de quoi on va discuter, comment, avec qui ? En attendant je ne sais pas de quoi le gouvernement veut discuter" .

Trafic très réduit pour les fêtes de Noël

Le trafic dans les transports et sur les routes reste particulièrement perturbé ce mardi. 6 lignes de métro sont fermées. Seules les lignes 1 et 14 fonctionnent normalement avec un risque de saturation. 2 tiers des bus circulent et le trafic des tramways est quasi normal selon la RATP. La SNCF prévoit 2 TGV sur 5. Le taux de grévistes est en légère hausse à 9,8% avec toujours près d'un conducteur sur 2 en grève, annonce la direction. Par ailleurs, la Régie s'attend à un trafic très réduit mercredi 25 décembre. Le RER A et toutes les lignes de métro à l'exception de la 1 et de la 14 seront totalement fermées. La SNCF a précisé que 41% des TGV et des Intercités circuleront normalement.

Conséquence de cette grève prolongée, le nombre d'arrêts maladie chez les conducteurs de métro a triplé depuis le début du mouvement par rapport à l'année 2018. Le quotidien régional Le Parisien rapporte en détail qu'entre le 10 et le 16 décembre 2018, 141 arrêts maladie étaient dénombrés par jour. En 2019, ce nombre est de 446. Sur la deuxième semaine de grève, l'augmentation est même de 321%. Au 15e jour de grève, jeudi 19 décembre, 646 arrêts maladie ont été décomptés, soit près de 20% des effectifs.
Par ailleurs, le manque à gagner pour la SNCF est estimé à 400 millions d'euros selon le nouveau patron de la société ferroviaire, Jean-Pierre Farandou.

La CGT-chimie a décidé de l'arrêt total de 2 raffineries. Il s'agit de la raffinerie Ineos de Lavéra (Bouches-du-Rhône) et de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine et Marne). Jusqu'alors, l'approvisionnement et la production en carburant restaient assurées dans les 7 raffineries sur 8 en grève du pays dans les prochains jours. Le gouvernement se veut tout de même rassurant, la pénurie de carburant n'est pas pour demain.

Gabriel Attal

Galerie photos

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Béhar - 24/25 Mai
Les partenaires sociaux reçus le 7 janvier à Matignon