En ce moment Écouter la radio

Israël : bilan confus de la première semaine de déconfinement

Israël.

Israël : bilan confus de la première semaine de déconfinement
Bilan confus de la première semaine de déconfinement (Crédit: Maguen David Adom)

Alors que la France attend la date du 11 mai comme première étape du déconfinement, Israël achève déjà sa première semaine d'allègement des mesures d'isolement en vigueur depuis un peu plus d'un mois. Arrêter presque totalement l'activité d'un pays semblait une opération quasi inconcevable, et pourtant c'est que qui s'est produit presque partout dans le monde. Mais paradoxalement, c'est le retour à la normale qui apparait maintenant comme un défi particulièrement périlleux.

Difficile de retenir la population une fois qu'on a commencé à la laisser sortir. Depuis dimanche, les passants se font plus nombreux dans les rues, les commerces rouvrent les uns après les autres. Les plus organisés ont tracé au sol des marques pour que les clients restent à une distance de deux mètres les uns des autres. Des employés sont chargés de prendre la température de chaque personne qui entre et de veiller à ce qu'un nombre limité de personnes circulent en même temps à l'intérieur. Si le public respecte dans son ensemble les consignes de port du masque, il faut bien reconnaitre que le maintien des distances de sécurité est difficile à tenir. Sur les lieux de travail, c'est encore plus compliqué. Le ministère de la Santé a édicté un certain nombre de règles à suivre pour permettre aux employés de travailler, mais le fameux label violet est plus théorique que réel, d'autant que les contrôles sont quasiment inexistants, principalement par manque de personnel disponible.

Quant aux secteurs et aux types de commerces qui ont été autorisés à reprendre leur activité, ils attisent l'exaspération de ceux qui doivent encore attendre et dénoncent un système incohérent. Pourquoi laisser les banques ouvrir et pas les changeurs d'argent, pourquoi les centres commerciaux doivent-ils rester fermés alors que les grandes surfaces de la chaine Ikea ont été autorisées à rouvrir ? Ce sont principalement les petits commerces et le secteur de la restauration qui sont les plus atteints par les restrictions, en particulier ceux qui n'ont pas le personnel suffisant pour faire des livraisons à domicile.

Si le gouvernement israélien semble tâtonner dans ses décisions de déconfinement, c'est parce que c'est bien le cas. Il lui faut garder un œil sur le compteur sanitaire et l'autre sur le compteur économique. Si la progression du virus ralentit, celle du chômage continue. Chaque nouvel allègement est une bouffée d'oxygène pour l'économie, mais risque de favoriser un rebond du Covid-19. Il faut donc trouver un point d'équilibre et c'est bien ce qui est le plus difficile à réaliser, sachant qu'il faut compter en moyenne quinze jours pour voir les effets de chaque mesure de renforcement ou d'allègement du confinement. Ce n'est donc que dans deux semaines que l'on pourra mesurer l'effet de la réouverture des commerces et de la reprise partielle d'activité, sur les chiffres du coronavirus. Alors, en attendant, le gouvernement israélien s'accroche à ce qui est maitrisable. Confiner la population musulmane durant les soirées du mois de Ramadan, et interdire tous les rassemblements qui marqueront la semaine prochaine la journée du souvenir pour les morts des guerres d'Israël et bien sûr les festivités du jour de l'Indépendance. Mais la patience du public, en Israël, comme ailleurs, s'approche de son point de saturation.

Pascale Zonszain

PZOOM240420

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Métsora - 19/20 Avril
Israël : bilan confus de la première semaine de déconfinement