En ce moment Écouter la radio

Boycott silencieux : les pays européens limitent les ventes de munitions « simples » à Israël

International.

Boycott silencieux : les pays européens limitent les ventes de munitions « simples » à Israël
Soldat de Tsahal à Khan Younès - Unité du porte-parole de Tsahal

« Si nous devons faire front seul, nous le ferons. Si nécessaire, nous nous battrons bec et ongles », a déclaré il y a deux mois le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans une vidéo tournée sur fond de désaccords croissants entre le gouvernement israélien et l’administration américaine dirigée par Joe Biden. Un mois plus tard, Netanyahu a mis la barre plus haut et a rendu public ce qui avait été dit à huis clos.

« Il est inacceptable que les États-Unis retardent les livraisons d’armes à Israël », a-t-il proclamé en anglais dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Alors que les relations complexes avec les Américains au sujet de l'aide à Israël captent la majeure partie de l'attention de l'opinion publique, le ministère de la Défense et l'armée israélienne sont actuellement plus préoccupés par une autre réalité en développement : la possibilité d'une pénurie de munitions après que plusieurs pays du monde ont cessé de manière informelle tout commerce avec Israël.

Calcalist a appris que les fournisseurs d'armes des pays européens ont tout simplement cessé de répondre à leurs homologues israéliens, et qu'une puissance étrangère qui n'est pas les États-Unis, qui commerçait auparavant avec Israël, refuse de fournir à Israël des matières premières pour la production de munitions depuis le 7 octobre.

Selon un rapport du New York Times, l'armée israélienne est confrontée à une pénurie d'obus de 120 mm pour les chars, à tel point que certains chars stationnés à Gaza sont désormais en état d'alerte partielle et transportent moins d'obus pour les réserver en cas d'escalade potentielle sur le front nord. Calcalist a appris de hauts responsables de l'armée israélienne qu'une « économie de munitions » est effectivement en cours. Le New York Times a rapporté que l'armée est également confrontée à une pénurie de pièces détachées pour les chars, les bulldozers D9, les véhicules blindés et les munitions légères supplémentaires.

La principale solution que promeut l’establishment de la défense pour remédier à la pénurie de munitions est le développement de l’industrie locale et la réduction de la dépendance aux munitions et aux obus importés de pays étrangers. Cette mesure devrait avoir un impact positif sur l’industrie de la défense israélienne, mais elle aura également des conséquences économiques négatives : les munitions produites en Israël sont considérées comme des dizaines de pour cent plus chères que celles qui peuvent être importées de l’étranger, et la création et l’entretien d’usines de munitions « simples » qui produisent, par exemple, des obus d’artillerie et de chars sont particulièrement coûteux. Il y a également d’autres implications : entre autres, cette nécessité devrait retarder l’évacuation du site de l’industrie aérospatiale israélienne de Ramat Hasharon pour permettre à Elbit de continuer à y produire des munitions, comme l’a rapporté Calcalist il y a un mois et demi.

Malgré les efforts compréhensibles déployés pour renforcer l’industrie locale et réduire ainsi la dépendance aux facteurs extérieurs, ceux qui croient qu’Israël peut produire toutes les munitions dont il a besoin en interne risquent d’être déçus. Tout d’abord, même dans le cas d’une augmentation massive de la capacité de production israélienne, une part importante des munitions devra toujours provenir de pays étrangers dans tous les scénarios en raison du potentiel de production limité. Même les États-Unis ont actuellement du mal à s’approvisionner et à approvisionner leurs alliés, y compris Israël et l’Ukraine, en tous les obus dont ils ont besoin.

Deuxièmement, pour que les industries de défense israéliennes produisent de grandes quantités de matériaux d’armement, une grande quantité de matières premières est nécessaire, qui ne peut pas être extraite en Israël, de sorte que les expéditions depuis l’étranger ne sont pas facultatives, elles sont obligatoires.

Outre l'embargo officieux imposé par certains fournisseurs sur la vente de munitions à Israël, Calcalist a appris que les principaux fournisseurs de matières premières pour la production de bombes ont également cessé de vendre à Israël depuis le début de la guerre. La solution des autorités de défense à cet embargo consiste à diversifier leurs fournisseurs, à acheter à l'avance des stocks de matières premières pour la production future de bombes et à créer de grandes réserves de matières premières en Israël. Le fait que Tsahal et le ministère de la Défense soient directement impliqués dans cette question est inhabituel, car par le passé, les industries de défense se chargeaient elles-mêmes de s'approvisionner en matières premières sans intervention directe des échelons militaire et politique.

Depuis le début de la guerre, on entend de plus en plus parler de pays et d’entreprises qui souhaitent réduire ou restreindre leurs échanges commerciaux avec Israël dans le domaine de la défense. On a également entendu parler de problèmes d’approvisionnement en pièces détachées pour le F-35 par des fournisseurs néerlandais ; les gouvernements italien, canadien et belge ont annoncé l’arrêt des exportations de matériel de défense vers Israël (malgré les informations selon lesquelles les expéditions se poursuivent et les accords sont toujours en cours de signature) ; et le gouvernement espagnol a même empêché un navire transportant une cargaison d’armes de l’Inde vers Israël d’accoster dans ses ports.

Selon les médias étrangers, la cargaison, qui n'a pas pu s'arrêter au port espagnol de Carthagène, contenait 27 tonnes d'explosifs en provenance d'Inde. Cette affaire illustre la stratégie d'Israël visant à diversifier ses sources d'approvisionnement : l'Inde, qui est le premier importateur d'exportations de matériel de défense israélien, est désormais également devenue un fournisseur de matières premières de défense et même de systèmes d'armes pour Israël.

Sur une note plus positive, Calcalist a appris qu'un autre pays a commencé à vendre des matières premières utilisées par l'industrie de défense israélienne et, selon d'autres rapports des médias, ce n'est autre que la Serbie qui a fourni un pont aérien de fournitures militaires à Israël depuis le début de la guerre.

Outre le contexte politique qui complique les efforts des autorités de défense en matière d'importations de matériel de défense, il faut également tenir compte du contexte économique mondial. L'utilisation accrue de munitions dans les guerres de Gaza et d'Ukraine a entraîné une pénurie mondiale inhabituelle de munitions de tous types, ce qui a entraîné une hausse des prix et une concurrence accrue entre les pays pour les munitions et les matières premières.

Déjà en janvier, Calcalist rapportait que Tsahal avait dû gérer le rythme des bombardements en raison de la pénurie mondiale et de l'utilisation intensive de munitions au début de l'opération. Fin novembre, moins de deux mois après le début de la guerre, Tsahal annonçait que le Corps d'artillerie avait utilisé plus de 100 000 obus.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Boycott silencieux : les pays européens limitent les ventes de munitions « simples » à Israël