En ce moment Écouter la radio

Le chef sortant de l'armée israélienne en Judée-Samarie critique les dirigeants des habitants d'implantations pour leur incapacité à maîtriser la violence

Israël.

Le chef sortant de l'armée israélienne en Judée-Samarie critique les dirigeants des habitants d'implantations pour leur incapacité à maîtriser la violence
Le chef du Commandement du Centre de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, s’adressant aux journalistes au poste de contrôle de Salem - Armée israélienne

Le chef sortant du commandement central de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, a fustigé lundi les dirigeants des habitants d'implantations pour leur incapacité à freiner la violence et les attaques contre les Palestiniens de Judée-Samarie au cours des derniers mois, affirmant que certains Israéliens ont adopté les « méthodes de l'ennemi ».

Fox a fait ces remarques lors d'une cérémonie de passation de pouvoir au major-général Avi Bluth au quartier général de l'unité à Jérusalem. Le commandement est en charge de la région de Cisjordanie.

Selon Fox, même si « la grande majorité » des colons israéliens en Cisjordanie sont des « citoyens moraux et respectueux des lois », ces derniers mois, « des crimes nationalistes ont fait leur apparition sous les auspices de la guerre. Ils ont semé le chaos et la peur chez des résidents palestiniens qui ne représentaient aucune menace ».

« Malheureusement, les dirigeants locaux [des colons] et les chefs religieux pour la plupart, n’ont pas perçu la menace comme nous. Ils sont dissuadés et ne trouvent pas la force de s’y opposer ouvertement. Même si les auteurs sont une minorité, ceux qui restent silencieux face à leurs crimes… introduisent ainsi une critique envers [tous les colons] », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas du judaïsme à mes yeux. Du moins pas celui avec lequel j’ai grandi dans la maison de mes parents. Ce n’est pas la voie de la Torah. C’est adopter les voies de l’ennemi », a poursuivi Fox.

« C’était ma responsabilité d’agir. Et malheureusement, je n’y suis pas toujours parvenu », a-t-il déclaré.

« Le souci de la vie des civils palestiniens qui travaillent… n’est pas seulement la responsabilité du commandant du Commandement central en vertu de la loi, et ce n’est pas seulement une valeur morale, cela sert également les intérêts de sécurité de l’État d’Israël », a déclaré Fox.

« Israéliens et Palestiniens empruntent les mêmes routes et vivent côte à côte. Malgré l’énorme défi que nous devons relever actuellement, nous devons trouver la bonne façon de garantir une vie civile qui respecte la vie », a-t-il déclaré.

Concernant l'Autorité palestinienne, Fox a déclaré : « La capacité du commandement central à remplir ses tâches dépend également de l'existence d'une Autorité palestinienne fonctionnelle et forte, dotée de mécanismes de sécurité efficaces qui maintiennent la loi et l'ordre. »

« Saper de manière proactive la réalité sécuritaire sur ce front met en danger la sécurité de l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

Les dirigeants des colons à la Knesset, en particulier le ministre des Finances Bezalel Smotrich, ont œuvré à plusieurs reprises pour affaiblir l’Autorité palestinienne, qu’ils accusent de fomenter le terrorisme.

Fox, qui prend sa retraite après une carrière militaire de 36 ans, a fait face à de vives critiques de la part des militants colons pendant son mandat de commandant régional, l'accusant de favoriser les Palestiniens au détriment des colons.

Ces derniers mois ont été témoins d’incidents impliquant d'habitants d'implantations qui ont saccagé des villes et des communautés agricoles palestiniennes.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Le chef sortant de l'armée israélienne en Judée-Samarie critique les dirigeants des habitants d'implantations pour leur incapacité à maîtriser la violence