En ce moment Écouter la radio

Le Hamas accuse Benyamin Netanyahou de mettre des « obstacles » aux négociations sur l'accord de trêve

Israël.

Le Hamas accuse Benyamin Netanyahou de mettre des « obstacles » aux négociations sur l'accord de trêve
Terroriste du Hamas - DR

Le Hamas a accusé lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu d'avoir mis des obstacles aux négociations de cessez-le-feu, dont les pourparlers visent à parvenir à un accord de trêve et de libération d'otages qui devrait être renouvelé cette semaine.

Dans un communiqué, le groupe terroriste a affirmé qu'il offrait « flexibilité et positivité » dans les négociations, tandis que Netanyahu « place des obstacles supplémentaires sur la voie des négociations ». Le communiqué appelle les médiateurs à intervenir contre ce qu'il appelle des « manœuvres et des crimes » du Premier ministre, l'accusant de mener une « guerre psychologique ».

Dimanche, le bureau de Netanyahu a publié une déclaration énonçant ses quatre exigences non négociables, dont l'une s'engageant à n'accepter aucun accord de cessez-le-feu qui ne permettrait pas à Israël de reprendre les combats une fois qu'il commencerait à être mis en œuvre.

Cette déclaration a suscité une litanie de critiques de la part des acteurs des négociations, y compris des responsables de la sécurité israélienne.

Suite à la déclaration du Hamas, Ismail Haniyeh, le chef du groupe terroriste basé au Qatar, a souligné que les informations selon lesquelles l'activité de Tsahal s'intensifierait dans la ville de Gaza pourraient saboter les pourparlers qui viennent à peine de reprendre.

Selon un communiqué diffusé lundi soir sur la chaîne Telegram du Hamas, Haniyeh aurait déclaré aux médiateurs, lors d'un appel, qu'il tenait Netanyahu et l'armée israélienne entièrement responsables de l'échec potentiel des négociations et qu'une escalade des combats pourrait ramener les choses au « point zéro ».

Plus tard lundi, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a cherché à tergiverser, déclarant aux journalistes que « des deux côtés, vous voyez des commentaires publics qui ne reflètent pas nécessairement pleinement les conversations que nous avons en privé avec eux ou leurs interlocuteurs ».

Le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller, a également tenté de minimiser l’importance des récents commentaires publics des dirigeants d’Israël et du Hamas.

« Parfois, le gouvernement israélien a fait des déclarations publiques. Parfois, le Hamas a fait des déclarations publiques. Nous allons mener les négociations en privé. Ce qui n’a pas changé, c’est qu’Israël, dans ses conversations avec nous, dit qu’il est attaché à la proposition que le président a publiquement exposée », a déclaré Miller, faisant référence à l’offre israélienne qui envisage un cessez-le-feu temporaire, que les médiateurs espèrent pouvoir transformer en un cessez-le-feu permanent.

« Nous ne pensons pas que la position substantielle [d’Israël] [en faveur de l’accord sur la table] ait changé », a ajouté Miller.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Le Hamas accuse Benyamin Netanyahou de mettre des « obstacles » aux négociations sur l'accord de trêve