En ce moment Écouter la radio

Deux tiers des Israéliens à l'étranger ont présenté des symptômes de stress post traumatique après les événements du 7 octobre

Israël.

Deux tiers des Israéliens à l'étranger ont présenté des symptômes de stress post traumatique après les événements du 7 octobre
Personne en détresse - Pixabay

Une nouvelle étude menée par l'Université de Haïfa a révélé que 66,4 % des Israéliens vivant à l'étranger ont signalé des symptômes de trouble de stress post-traumatique (TSPT) dans les deux mois qui ont suivi le déclenchement de la guerre qui a débuté avec l'attaque brutale du Hamas le 7 octobre.

Les chercheurs ont mesuré deux échelles opérationnelles pour examiner les attitudes des participants et ont mesuré leurs niveaux d’anxiété et leurs symptômes de SSPT.

En ce qui concerne l’anxiété, les Israéliens vivant en Italie et en Grande-Bretagne ont signalé les niveaux les plus élevés pendant la guerre actuelle, soit 54 % et 43 % respectivement, selon la nouvelle étude de l’Université de Haïfa. Lorsqu’on leur a demandé les raisons de leur détresse, 43 % des répondants ont déclaré qu’ils étaient inquiets pour le bien-être de leurs proches en Israël servant dans l’armée israélienne, tandis que 33 % ont déclaré qu’ils étaient inquiets pour leur famille en général. En revanche, selon d’autres études citées par les auteurs, entre 15 % et 35 % des Israéliens vivant en Israël même ont signalé des symptômes de SSPT après le 7 octobre.

Parallèlement, 91 % ont déclaré avoir été exposés à des sentiments anti-israéliens et antisémites à l’étranger dans les deux mois qui ont immédiatement suivi le 7 octobre. Quarante-six pour cent ont déclaré avoir caché des symboles juifs sur leur personne par peur d’être blessés, 66 % avaient peur d’aller dans certains endroits s’ils étaient visiblement juifs ou israéliens, 56 % craignaient pour leur sécurité et celle de leurs enfants, et 40 % se sentaient en insécurité à l’école ou au travail en raison de leur identité israélienne.

« Nos recherches montrent que de nombreux Israéliens vivant à l’étranger ont éprouvé une série d’émotions complexes à la suite des événements du 7 octobre et de leurs conséquences, et que beaucoup d’entre eux ont fait état de niveaux de traumatisme élevés qui dépassent même certains chiffres observés dans les études examinant les Israéliens vivant à l’intérieur du pays », ont déclaré les Dr Yael Mayer et Yael Enav, les auteurs de l’étude. « Leurs difficultés découlaient de leur inquiétude pour leurs proches en Israël et de leur peur d’être blessés dans des attaques anti-israéliennes ou antisémites. Ici en Israël, nous répondons fréquemment aux préoccupations des victimes et de leurs cercles immédiats et élargis. Cette étude, cependant, renforce les liens forts que les Israéliens à l’étranger entretiennent avec ceux qui sont dans le pays et le fait que les Israéliens à l’étranger ont également été extrêmement influencés par l’attaque du 7 octobre. »

Le Dr Mayer et le Dr Enav, tous deux du Département de conseil et de développement humain de la Faculté d'éducation de l'Université de Haïfa, ont travaillé aux côtés du Dr Ido Lurie du Centre de santé mentale Shalvata, du Dr Noga Shiffman du Centre médical Mayanei Hayeshua et du Dr Ori Harel de l'Université de Constance en Allemagne. Ensemble, ils ont cherché à comprendre les expériences sociales et psychologiques des Israéliens à l'étranger après les événements du 7 octobre, et comment les sentiments de solitude, le sentiment d'appartenance et le soutien social étaient liés à ces expériences.

L'étude a été menée deux mois après le début de la guerre et a interrogé 506 participants : 64 % venaient des États-Unis et du Canada, 29 % d'Europe et le reste d'Asie, d'Australie et d'Amérique du Sud. Les chercheurs ont noté que l'échantillon ne représente pas tous les Israéliens à l'étranger, car la collecte de ces données est extrêmement difficile en raison de la grande et diverse communauté d'expatriés israéliens. Cependant, la taille de l'échantillon représente une part raisonnable de cette population puisqu'elle couvre de nombreux pays et cultures différents.

Les hommes et les femmes participant à l’étude ont tous deux exprimé un sentiment de culpabilité à cause de leur éloignement d’Israël et de leur incapacité à aider sur le terrain pendant cette période difficile pour le pays. Ils ont également exprimé leur inquiétude pour leur famille et l’avenir d’Israël, s’inquiétaient pour les otages et les soldats et se sentaient vulnérables en tant qu’Israéliens et Juifs. De nombreux Israéliens vivant à l’étranger ont exprimé leur détresse face au fossé douloureux qui existe entre eux et le reste de la population de leur pays qui continue à vivre normalement ; et ont estimé que la population générale de tout pays en dehors d’Israël n’est pas en mesure de comprendre ce qu’ils traversent. Une autre caractéristique qui a accru la détresse des répondants était le sentiment de solitude.

« Les causes de ce traumatisme chez les Israéliens vivant à l’étranger sont la peur, l’inquiétude et l’incertitude », ajoutent les auteurs. « Bien qu’ils soient moins susceptibles d’être en danger physique, ils souffrent d’autres facteurs préjudiciables tels que l’angoisse mentale, la peur de leur environnement en raison de sentiments antisémites ou anti-israéliens et ils se sentent désormais encore plus qu’avant comme les autres. Ils ont également exprimé des sentiments de culpabilité de ne pas être en Israël. Tous ces sentiments les ont amenés à manifester des niveaux de détresse plus élevés que ceux qui vivent réellement en Israël. »

En raison de ces forts sentiments d’appréhension liés à leur identité israélienne, les participants ont déclaré avoir un fort sentiment d’appartenance à Israël, avec une moyenne de 5,7 sur une échelle de 7,0. Ce fort sentiment d’appartenance était corrélé à des actes de service pour Israël et à la volonté d’aider Israël à distance.

« Ces résultats montrent un lien important entre les Israéliens vivant à l’étranger et le pays lui-même », ont déclaré les chercheurs. « Ce lien s’est renforcé pendant la guerre, qui a certes causé une grande détresse aux Israéliens vivant à l’étranger, mais a également renforcé leur désir de trouver des moyens de contribuer et de soutenir le pays. »

Cela dit, les chercheurs ont été surpris de constater que les niveaux de SSPT étaient si élevés.

« Nous avons été surpris par les niveaux de TSPT que nous avons constatés », a déclaré le Dr Mayer. « Nous avons été attristés de voir que tant d’Israéliens souffraient d’une telle souffrance mentale et qu’ils ressentaient le besoin de cacher leur identité ou d’éviter de se rendre dans des rassemblements ou des espaces communautaires juifs ou israéliens. Pourtant, d’une certaine manière, les données reflètent ce que nous avons entendu de manière anecdotique de la part d’amis et de membres de la famille israéliens vivant hors d’Israël après le 7 octobre. Les résultats de l’étude soulignent également l’importance d’un soutien social et communautaire fort pour les Israéliens à l’étranger, en particulier pendant cette période complexe. »

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat 'Houkat - 12/13 Juillet
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Deux tiers des Israéliens à l'étranger ont présenté des symptômes de stress post traumatique après les événements du 7 octobre