En ce moment Écouter la radio

Yuli Edelstein : les haredim doivent avoir la possibilité de rester haredim pendant leur service

Israël.

Yuli Edelstein : les haredim doivent avoir la possibilité de rester haredim pendant leur service
L'ancien président de la Knesset, Yuli Edelstein - Yitzhak Harari/attaché de presse de la Knesset

La Knesset a commencé mardi à débattre de la question politique et sociale très sensible du service ultra-orthodoxe (haredi) au sein de Tsahal.

Le débat a eu lieu au sein de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense (FADC) de la Knesset, dirigée par le député du Likud Yuli Edelstein. La commission poursuivra le débat sur le projet de loi avec une série de débats dans les semaines à venir.

Les négociations entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les dirigeants des partis ultra-orthodoxes et les représentants du ministère des Finances, du ministère de la Défense et de l'establishment de la sécurité n'ont pas abouti à un texte convenu pour un projet de loi parrainé par le gouvernement afin de réglementer la question, comme les partis haredim, qui sont des membres clés de la coalition de Netanyahu, s’opposent généralement à l’adhésion des haredim à Tsahal.

Les termes de la facture
Netanyahu a plutôt choisi d'adopter un projet de loi qui a passé sa première lecture en 2022, pendant le mandat du gouvernement Bennett-Lapid. Le projet de loi, de manière générale, prévoyait une augmentation progressive du nombre de recrues ultra-orthodoxes, dans le but d'atteindre 35 % d'hommes ultra-orthodoxes en âge de servir dans l'armée israélienne d'ici 2036. Il prévoyait des sanctions contre les yeshivot ultra-orthodoxes qui ne respectaient pas les quotas, mais pas contre les conscrits eux-mêmes.

Le procureur général d'Israël et les membres de la Knesset de la coalition et de l'opposition ont critiqué cette décision, car le projet de loi de 2022 n'est pas adapté aux besoins de Tsahal après le déclenchement de la guerre après le massacre du Hamas du 7 octobre. Cependant, tous les membres de la coalition qui s'opposaient au projet de loi, à l'exception du ministre de la Défense Yoav Gallant , ont décidé de soutenir la mesure visant à le soumettre à la Knesset, arguant que c'était technique et qu'ils ne soutiendraient pas la deuxième et la troisième lecture du projet de loi s'il était adopté. n’a pas été modifié dans le FADC.

Edelstein a commencé le débat en commission en reconnaissant que le projet de loi actuellement sur la table n’était pas pertinent et que la commission proposerait une version améliorée pour la deuxième et la troisième lecture à la Knesset. Cependant, Edelstein a souligné que Tsahal devait s’assurer que les haredim puissent maintenir leur mode de vie et quitter Tsahal en tant que haredim, exactement comme ils y sont entrés.

Les députés qui ont pris la parole après Edelstein ont avancé un certain nombre d’arguments. Le chef de l'opposition, le député Yair Lapid, a affirmé que la commission devait agir rapidement afin de garantir qu'un projet de loi approprié soit adopté d'ici la fin de la session d'été de la Knesset, fin juillet.

Certains députés, dont le président de la Droite Unie, Gideon Sa'ar, et le député de l'Unité nationale, Gadi Eizenkot, ont critiqué le fait que le projet de loi présenté n'était pas pertinent et ont soutenu qu'il devrait être rejeté et que la Knesset devrait recommencer un processus législatif à partir de zéro. qui dit que tout Israélien de 18 ans devrait s'engager dans l'armée israélienne ou faire son service national, y compris les haredim et les Arabes israéliens. Edelstein a répondu en arguant que le fait de présenter un projet de loi qui avait déjà passé en première lecture raccourcissait le processus législatif d'un mois ou deux.

Un grand nombre de députés de l’opposition et de la coalition ont affirmé qu’il n’y avait aucune contradiction entre l’étude de la Torah et le service de Tsahal. Parmi les députés qui ont fait valoir ce point figuraient les deux députés orthodoxes de Yesh Atid, Moshe Turpaz et Elazar Stern ; le député d'unité nationale Michael Biton ; le député du Likoud Boaz Bismuth ; et le député du Parti sioniste religieux Ohad Tal. Bismuth, membre de la coalition, a notamment déclaré qu'il ne soutiendrait pas un projet de loi qui ne répondrait pas aux besoins de Tsahal.

D'autres membres du Likoud, dont le ministre de l'Éducation Yoav Kisch et le député Eli Dallal, ont exprimé leur soutien à une loi qui non seulement augmenterait le nombre de haredim dans l'armée israélienne, mais qui élaborerait une loi plus large qui inclurait tous les haredim qui n'étudient pas à plein temps. engager le service de Tsahal.

La base juridique de l'exemption des ultra-orthodoxes a expiré le 1er juillet 2023, et les débats ont commencé alors que la Haute Cour de justice d'Israël prépare une décision sur la question de savoir si l'État doit commencer à recruter en grand nombre les ultra-orthodoxes, étant donné que l'exemption viole la notion d'égalité. La Haute Cour de justice décidera également si l’État pourra continuer à financer les yeshivot destinées aux étudiants en âge de servir dans l’armée.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Yuli Edelstein : les haredim doivent avoir la possibilité de rester haredim pendant leur service