En ce moment Écouter la radio

Les États-Unis affirment qu'ils augmenteront la pression sur l'Iran s'il ne coopère pas avec l'AIEA

International.

Les États-Unis affirment qu'ils augmenteront la pression sur l'Iran s'il ne coopère pas avec l'AIEA
Le site de Fordow - X

Le Département d'État américain a déclaré jeudi que Washington et ses alliés étaient prêts à continuer d'augmenter la pression sur l'Iran si Téhéran ne coopérait pas avec l'organisme de surveillance nucléaire de l'ONU.

L'Iran a rapidement installé des centrifugeuses supplémentaires pour enrichir l'uranium sur son site de Fordo et a commencé à en installer d'autres, a indiqué plus tôt dans la journée un rapport de l'organisme de surveillance nucléaire de l'ONU.

Le Département d’État américain a déclaré que le rapport montrait que l’Iran cherchait à poursuivre l’expansion de son programme nucléaire « d’une manière qui n’a aucun objectif pacifique crédible ».

"Le rapport publié aujourd'hui par l'AIEA indique clairement que l'Iran vise à continuer d'étendre son programme nucléaire d'une manière qui n'a aucun objectif pacifique crédible", a déclaré le porte-parole Matthew Miller. "Si l'Iran met en œuvre ces plans, nous réagirons en conséquence." Aucun autre détail n’a été donné.

L'Iran continue d'étendre ses capacités nucléaires, a déclaré l'Agence internationale de l'énergie atomique , une semaine après que le conseil des gouverneurs de l'agence a adopté une résolution critiquant le manque de coopération de Téhéran avec l'organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies.

L'AIEA a informé ses membres que Téhéran lui avait indiqué qu'il installait davantage de cascades dans les installations d'enrichissement de Natanz et de Fordo, selon un communiqué transmis à l'AFP.

Une source diplomatique a qualifié cette évolution de « modérée ».

Une cascade est une série de centrifugeuses, machines utilisées dans le processus d’enrichissement de l’uranium.

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont présenté la semaine dernière une motion exigeant que l’Iran coopère mieux avec l’organisme de surveillance au sein du conseil d’administration de 35 pays de l’AIEA, la première du genre depuis novembre 2022. La Chine et la Russie se sont opposées à cette mesure.

La résolution, que Téhéran a qualifiée de « hâtive et imprudente », est intervenue dans une impasse liée à l'escalade des activités nucléaires de l'Iran et alors que les puissances occidentales craignent que Téhéran ne cherche à développer une arme nucléaire, une affirmation que l'Iran nie. Israël a déclaré depuis longtemps qu'il ne permettrait pas à l'Iran – qui appelle ouvertement à la destruction d'Israël – de posséder des armes nucléaires.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Les États-Unis affirment qu'ils augmenteront la pression sur l'Iran s'il ne coopère pas avec l'AIEA