En ce moment Écouter la radio

Danielle Aloni, ex otage du Hamas : "Nous étions entassés, il n'y avait pas d'air"

Israël.

Danielle Aloni, ex otage du Hamas : "Nous étions entassés, il n'y avait pas d'air"
Danielle Aloni, ancienne otage du Hamas - Unité du porte-parole de Tsahal, Forum des familles des otages et des personnes disparues

Danielle Aloni , qui a été enlevée à Gaza avec sa fille Emilia, âgée de 6 ans, par des terroristes du Hamas lors du massacre du 7 octobre et libérée après 49 jours, en novembre dernier, a déclaré que les conditions dans lesquelles les otages étaient détenus dans un tunnel découvert plus tard et exposé par l’armée israélienne, ont été durs. « C'est une très petite pièce, sa largeur ne dépasse pas deux mètres d'un bout à l'autre », a déclaré Aloni à Ynet. "Nous sommes restés environ une semaine dans ce tunnel spécifique, où 16 personnes étaient entassées les unes à côté des autres sur des matelas. Nous ne pouvions pas respirer, il n'y avait pas d'air."

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a rapporté la semaine dernière que tandis que les troupes à Gaza révélaient un tunnel situé dans la maison d'un terroriste du Hamas , les soldats combattaient les terroristes. Dans le tunnel lui-même, situé à 20 mètres sous terre, ils ont trouvé un espace central où, selon les FDI, 20 captifs étaient détenus à différents moments. "Les images des tunnels m'ont fait paniquer, mais je suis dehors, donc ce n'est pas comme si j'y étais retourné", explique Aloni. "Je n'ai pas besoin de photos pour m'en souvenir ; je m'en souviendrai aussi longtemps que je vivrai. Ce n'était pas le dernier endroit où nous étions, et il y avait d'autres otages là-bas lorsque nous sommes partis." Elle a expliqué que la difficulté résidait dans le manque d'air, ajoutant : « Il n'y avait pas d'eau pendant notre séjour, ce qui signifiait que nous ne pouvions pas nous doucher. Il était interdit de boire aux robinets et ils nous apportaient de l'eau potable par d'autres moyens. "C'était très humide, il y avait un manque terrible d'oxygène. Les vêtements étaient constamment humides et, au-delà du fait que nous portions les mêmes vêtements jour après jour, nous étions à l'étroit et sentions mauvais", dit-elle.

"L'humidité vous colle et se mélange à tout. Les deux ventilateurs vus sur les photos fonctionnaient par intermittence. Il y avait de longues heures où nous ne pouvions pas les faire fonctionner. L'atmosphère générale de l'endroit est un sentiment de claustrophobie et d'horrible. Vous ne pouvez pas bouger ou marcher, et il n'y a presque pas d'espace. La partie du gazon synthétique vue fait environ 20 ou 30 centimètres de longueur, et les matelas étaient juste à côté. Emilia et moi étions sur le même matelas, c'était terriblement humide. Aloni a déclaré qu'elle ne pouvait pas laver les mains de sa fille. "Un jour, je l'ai rincée avec une demi-bouteille de Coca remplie d'eau. Un des otages s'est fâché contre moi parce que je vidais son eau parce que je devais laver ma fille qui ne s'était pas douchée depuis plusieurs jours. Les gens étaient à cran, et se sentir malade. Quelqu'un avait besoin d'une bouteille d'oxygène, une autre avait besoin de médicaments pour son diabète, et il n'y en avait pas. Les gens étaient déprimés.
À l’intérieur du tunnel, des peintures d’Emilia dessinées pendant sa captivité ont également été retrouvées. "J'ai été très surpris qu'ils aient trouvé des peintures là-bas. On nous a dit qu'il était temps de partir, mais l'un des otages m'a dit qu'Emilia lui avait offert ces peintures. D'autres peintures sont celles d'un autre captif libéré, cachées et apportées avec elle, " elle dit. "C'était très surprenant et aussi joyeux à voir", ajoute-t-elle. "On peut voir les motifs dans les peintures. Que devait-elle faire d'autre là-bas ? Elle n'avait ni stylos ni table, tout était peint à l'encre rouge. ... C'est ce que nous avions : ils lui ont donné un cahier que nous ne pouvions pas emporter avec nous et elle peignait quand elle en avait envie, quand elle avait une lueur d'espoir. « Les enfants expriment ce qu'ils ressentent à travers le jeu et la peinture, et dans ce cas, il y avait beaucoup de désirs de maison, de famille et de soleil. Je ne lui ai jamais demandé de peindre ; elle l'a fait pour elle-même.

Parlant de la découverte du tunnel par Tsahal, Aloni déclare : « Je ne suis vraiment pas en colère que Tsahal ait atteint ce tunnel « seulement » maintenant. J'apprécie le travail de l'armée ; les tunnels sont des structures complexes. La descente même de Tsahal là-bas est très, une tâche très difficile", dit-elle. « La colère est la dernière chose que je ressens envers Tsahal. Au contraire, je pense que les soldats entrant dans les tunnels les mettent en danger, eux et les captifs, et je m'inquiète pour leur sécurité. Que se passera-t-il s’ils se rapprochent et que le Hamas sait qu’ils se rapprochent ? » Deux mois se sont écoulés depuis qu'Aloni est revenue en Israël, mais son cœur était avec les otages toujours dans la bande de Gaza. "Même après l'avoir vu de nos propres yeux, il est impossible d'imaginer ce que nous avons vécu", dit-elle. « Nous payons un lourd tribut dans cette guerre – nous devons parvenir immédiatement à une solution immédiate. Ce n’est pas un slogan ; c’est la sombre réalité qui s’impose à nous et aux personnes qui y sont restées. "Je suis très inquiet car je sais qu'il existe de nombreux autres tunnels comme ceux dans lesquels nous nous trouvions. Des gens pourraient y être détenus dans les mêmes conditions, même des personnes âgées. Je ne sais pas quel est leur état physique et mental. Nous les avons laissés désespérés, le cœur brisé et désespérés.

« Ce n’était que le 49e jour, alors imaginez ce qu’ils ressentent le 111e jour. Notre état était mauvais, je ne sais pas si j'en serais revenu en bonne santé. Quel aurait été le sort de ma fille ? Nous savons qu'à mesure que les combats s'intensifient, il y a des problèmes importants à Gaza en matière d'approvisionnement et d'infrastructures. » Aloni affirme que négocier la libération des otages est difficile. "Je sais qu'il y a des difficultés dans les négociations actuellement, mais un accord immédiat doit être conclu pour ramener tous les otages. S'il y a un autre accord de libération partielle, ils passeront encore 100 jours et quelque chose là-bas, et je ne suis pas sûr que nous puissions le faire. "Je les verrai vivants. C'est difficile à expliquer aux gens de l'extérieur parce que personne ne peut imaginer ce que c'est que d'être à l'intérieur d'un tunnel. Comment peut-on vivre sans soleil ? Le corps s'effondre, l'âme se désintègre", ajoute-t-elle. "Même si les gens sortent de Gaza, je ne sais pas si nous pouvons les réhabiliter physiquement et mentalement. Chaque jour qui passe, le potentiel pour qu'ils deviennent des corps augmente. Que faut-il dire d'autre ? Il n'y a rien de plus urgent que de ramener le otages. »

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
Danielle Aloni, ex otage du Hamas : "Nous étions entassés, il n'y avait pas d'air"