En ce moment Écouter la radio

L'Iran a attaqué la Syrie avec un missile à longue portée dans un message à Israël

International.

L'Iran a attaqué la Syrie avec un missile à longue portée dans un message à Israël
L'ayatollah Ali Khamenei - DR

L’Iran a mené cette semaine une attaque à longue portée contre la Syrie en utilisant son missile balistique Kheibar Shekan, les médias iraniens affirmant qu’il s’agissait d’un « message » pour les États-Unis et Israël. L’Iran attaque désormais des zones aléatoires en Syrie pour montrer ses capacités en matière de missiles. L'Iran utilise le couvert de « terroristes en grève » pour tester la précision de ses missiles.

Ce type particulier de missile a été dévoilé en 2022 et l’Iran affirme qu’il a une portée de 1 450 km. Il est censé avoir une vitesse élevée et des capacités de frappe de précision. Il s’agit d’une arme stratégique dangereuse, et l’Iran affirme l’avoir utilisée mardi matin cette semaine pour frapper l’Etat islamique dans le nord-ouest de la Syrie. Il n’existe aucune preuve que l’Iran ait réellement frappé l’EI. En fait, il semble qu’elle ait mené l’attaque contre une zone de Syrie contrôlée par des groupes extrémistes soutenus par la Turquie uniquement pour montrer la capacité de son missile.

Il est important de comprendre le contexte ici. L'Iran a mené des attaques à l'aide de missiles sur la région du Kurdistan en Irak ainsi que sur la Syrie. Il a également attaqué le Pakistan. L’Iran montre ses muscles et montre ses capacités. L’Iran a ouvertement affirmé dans ses attaques contre l’Irak qu’il ciblait les « espions » et les « sionistes ». L’Iran s’est également vanté dans le passé des capacités du missile Kheiber Shekan (parfois orthographié Khyber Shikan). Les médias turcs, par exemple, ont déclaré lors du dévoilement du missile que « le nouveau missile est susceptible d’accroître les tensions entre l’Iran et Israël ».

Le journal iranien Tasnim News a maintenant confirmé certaines de ces informations. Dans un reportage publié jeudi, les médias iraniens, liés au CGRI, ont noté que l'attaque avec quatre de ces missiles par le CGRI avait été menée pour « que la République islamique d'Iran puisse envoyer un message clair aux dirigeants du CGRI ». Les États-Unis et le régime sioniste.

Il est important de noter ici que l’Iran admet ouvertement qu’il a utilisé ces missiles pour envoyer un message aux États-Unis et à Israël et qu’il a essentiellement ciblé le nord-ouest de la Syrie juste pour se montrer. Il s’agit d’un nouveau point bas pour l’Iran, qui tire des missiles sur des pays simplement pour en menacer d’autres. Mais c’est également comparable à l’attitude du régime de Téhéran, qui estime jouir de l’impunité pour attaquer l’Irak, la Syrie et d’autres pays.

Il considère ces pays comme son « étranger proche » et les considère fondamentalement comme des colonies où il peut tester ses missiles et ses armes. L’Iran utilise également les Houthis au Yémen pour tester ses armes, et ce depuis 2015, en envoyant des drones et des missiles en Irak, au Yémen et en Syrie pour voir si les nouvelles armes iraniennes atteignent les objectifs de précision et de frappe que l’Iran s’est fixés.

Le journal iranien Tasnim affirme désormais que l'Iran visait « Tahrir al-Sham et le Hezb-e-Islami dans le nord-ouest d'Idlib, près des frontières de la Syrie et de la Turquie ». L’Iran semble changer de discours sur la cible, mais il admet désormais ouvertement ce qu’il fait. 

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Ki Tissa - 01/02 Mars
L'Iran a attaqué la Syrie avec un missile à longue portée dans un message à Israël