En ce moment Écouter la radio

Le secrétaire général de l'ONU rencontre pour la première fois des otages libérées

International.

Le secrétaire général de l'ONU rencontre pour la première fois des otages libérées
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, rencontre les otages israéliens libérés Moran Stela Yanai (à gauche) et Nili Margalit à Davos - Autorisation du Forum des familles d'otages

Les otages israéliens libérés de captivité à Gaza rencontrent pour la première fois le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Selon un communiqué du Forum des familles d'otages, Guterres a déclaré au groupe qu'il appelle à la libération immédiate de tous les otages restants, ainsi qu'à une enquête et à des poursuites pour les crimes sexuels commis par le Hamas.

Les otages libérés Nili Margalit et Moran Stela Yanai faisaient partie du groupe qui a rencontré le secrétaire général de l'ONU, qui a fait face à de sévères critiques de la part d'Israël pour sa réponse aux atrocités du 7 octobre et à la guerre en cours.

Guterres surprend les participants à la réunion en sortant de sa poche une plaque d'identité qui appelle à la libération des otages, en disant : « La plaque d'identité est dans la poche droite de mon manteau, là où se trouve normalement ma main, et je la prends avec moi. moi partout pour me souvenir des otages à chaque instant », selon un communiqué du forum.

Les otages libérés ont également rencontré hier soir à Davos un grand groupe de dirigeants de la technologie et de magnats des affaires du monde entier, leur racontant leurs histoires et celles des otages restés sur place.

Margalit leur a déclaré que « la plupart des personnes avec qui j’étais dans les tunnels sont toujours retenues profondément sous terre, terrifiées et blessées… il n’y a pas assez d’air pour respirer, pas assez de nourriture et pas d’hygiène de base. Le corps est si faible que n’importe quelle maladie peut vous tuer.

Stela Yanai raconte que lorsqu'elle a été kidnappée, « j'ai tout perdu : le contrôle de ma vie, ma liberté, mon identité, moi-même… J'ai été libérée, mais j'ai promis à mes amis que j'avais laissés en captivité que je ferais tout ce que je pouvais pour rapporte les."

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
Le secrétaire général de l'ONU rencontre pour la première fois des otages libérées