En ce moment Écouter la radio

« L'anniversaire le plus triste du monde » : l'otage Kfir Bibas fête son premier anniversaire en captivité au Hamas

Israël.

« L'anniversaire le plus triste du monde » : l'otage Kfir Bibas fête son premier anniversaire en captivité au Hamas
Kfir Bibas et sa mère Shiri Bibas, qui ont été enlevés à Gaza par des terroristes du Hamas, ainsi que le frère de Kfir, Ariel, et son père Yarden - Autorisation

Le jeudi 18 janvier marque « l'anniversaire le plus triste au monde », alors que la rousse Kfir Bibas fête son premier anniversaire alors qu'elle est retenue captive à Gaza, a déclaré Jimmy Miller, cousin germain de la mère de Kfir, Shiri Bibas.

Les seules célébrations auront lieu sans le garçon d'anniversaire, qui, avec son frère Ariel, 4 ans, et leurs parents, Shiri et Yarden, est retenu en otage par le Hamas à Gaza depuis qu'ils ont tous été enlevés au kibboutz Nir Oz. le 7 octobre.

La famille élargie de Bibas et ses partisans doivent se rassembler jeudi à 15 heures sur la place des otages à Tel Aviv, où ils seront rejoints par de grands artistes israéliens pour enfants pour attirer l'attention sur le traumatisme persistant de l'enlèvement de Bibas.

D’autres artistes, ainsi que Miller et plusieurs proches de Bibas, ont enregistré une chanson sur Kfir, « They Call Me Gingi », le terme hébreu désignant une rousse, sortie pour son premier anniversaire.

La communauté du kibboutz Nir Oz a organisé mardi une fête d'anniversaire typique dans une garderie, avec une arche de ballons orange et un gâteau – le tout sans bébé Kfir, son frère Ariel, amoureux de Batman, et leurs parents.

Au lieu de cela, la famille Bibas et ses amis ont publié des photos de la fête d'anniversaire sur les réseaux sociaux pour rappeler au monde que Kfir, Ariel, Shiri et Yarden ont été brutalement pris en otage de leur domicile par le Hamas, lors du déchaînement du groupe terroriste dans les communautés proches de la frontière avec Gaza. le 7 octobre, au cours de laquelle environ 1 200 personnes ont été massacrées et quelque 240 enlevées.

Le monde connaît désormais la vidéo du Hamas qui montre le regard de pure terreur de Shiri alors qu'elle serrait ses deux garçons contre sa poitrine.

Yarden a été emmené séparément et apparemment frappé à la tête avec un marteau alors qu'il se dirigeait vers Gaza.

Aucun membre de la famille Bibas n'a été libéré lors d'une trêve d'une semaine fin novembre, au cours de laquelle d'autres mères et enfants pris en otage ont été libérés. À l’époque, le Hamas avait affirmé que Shiri, Ariel et Kfir étaient détenus par une autre organisation terroriste. Il a déclaré plus tard qu'ils avaient été tués lors d'une frappe aérienne israélienne.

L'otage libéré Nili Margalit, qui a passé près de 50 jours en captivité au Hamas, a révélé qu'elle était avec Yarden Bibas lorsque les terroristes du Hamas lui ont annoncé que sa femme et ses deux jeunes enfants avaient été tués et lui ont ordonné de filmer une vidéo dans laquelle il accusait le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour avoir refusé de ramener leurs corps en Israël.

L’armée israélienne a déclaré que les affirmations du Hamas concernant la famille Bibas n’avaient pas été vérifiées et les a qualifiées de « terreur psychologique ».

Un état de choc
Alors que Kfir Bibas marque la première année de sa vie en captivité à Gaza, la famille au sens large est dans un état de choc et d'inertie, a déclaré Miller.

« Nous sommes comme des robots maintenant », a déclaré Miller au Times of Israel mercredi. « Nous faisons tout ce que nous pouvons pour faire bouger les choses parce que nous constatons que les choses ne bougent pas. Nous avons attendu, attendu et attendu et nous avons rencontré tout le monde, des acteurs, des personnages célèbres, des penseurs, et ils nous ont tous serrés dans leurs bras et écouté l'histoire avec empathie, mais nous n'avons l'impression que personne ne fasse quoi que ce soit.

Miller et Shiri Bibas sont cousins ​​germains ; leurs mères sont sœurs.

Sa mère et son père, Margit Shnaider Silberman et José Luis (Yossi) Silberman, tous deux âgés d'une soixantaine d'années et résidant à Nir Oz, ont été assassinés par des hommes armés du Hamas le 7 octobre.

Les cheveux roux des garçons Bibas viennent du père de Shiri, a déclaré Miller. "Ça a sauté une génération" et a atterri carrément sur la tête d'Ariel et Kfir.

Miller, qui vit à Tel Aviv, a vu son cousin pour la dernière fois lors de la fête de Shavouot, fin mai, au kibboutz, où il y a toujours « une grande fête » pour la fête des récoltes, a-t-il déclaré. "C'est la dernière fois que je les ai vus."

Lui et leur autre cousin germain, Yosi Shnaider, qui vit à proximité de Holon, sont allés ensemble à Nir Oz.

« Nous y allons toujours », a déclaré Shnaider, dont le père est le frère de la mère de Miller et de la mère de Bibas. « C'est très festif et joli à Chavouot. »

Depuis le 7 octobre, Miller et Shnaider sont devenus deux des visages familiers de la bataille visant à ramener chez eux la famille Bibas et le reste des 136 otages toujours détenus à Gaza.

Miller est sur scène tous les samedis soirs sur la place des Otages et lors d'autres rassemblements, généralement dans une chemise orange symbolisant les cheveux brillants de ses jeunes cousins, aux côtés de deux autres amis de la famille, criant souvent « Achshav » (Maintenant !), en réponse à l'appel « Ramenez-les à la maison ! »

La famille immédiate, les frères et sœurs de Shiri et Yarden, ainsi que les parents de Yarden, ont moins d'énergie pour se lever et crier sur scène, a déclaré Miller.

"Je crie, j'apporte tout, mais nous sommes à un stade tellement problématique", a-t-il déclaré. « Ils doivent parvenir à un accord [pour la libération des otages]. C'est ce qu'ils doivent faire ; ils doivent sauver ces âmes.

Gabriel Attal

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
« L'anniversaire le plus triste du monde » : l'otage Kfir Bibas fête son premier anniversaire en captivité au Hamas