En ce moment Écouter la radio

Israël, Gaza et le Congo, chronique de Daniel Saada

Israël.

Israël, Gaza et le Congo, chronique de Daniel Saada
Le diplomate israélien Daniel Saada et la députée française Constance Le Grip, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 26 juin 2023 - Twitter / Ambassade d'Israël en France

Depuis quelques jours une rumeur se répand dans les rédactions provoquant même des réactions politiques et diplomatiques enflammées – et je ne parle pas de ce qui se passe sur les réseaux sociaux:

Israël négocierait avec le Congo pour qu'il accueille des réfugiés de Gaza.

Voilà en quelques mots l'essence de cette nouvelle accusation anti-israélienne.

Rien n'est anodin vous l'avez compris; après nous avoir accusé d'agression, de crimes de guerre, de génocide, le tableau est complet nous voici maintenant coupables d'épuration ethnique en recourant au déplacement de populations, pardon je devrais dire déportation un terme bien plus approprié quand il s'agit de couvrir d'opprobres les descendants des rescapés de la Shoa.

Est-il utile de dire que cette information est totalement fausse, dénuée de sens et de fondements.

Qui aurait pu raisonnablement envisager une telle tractation? S'est t-on posé des questions élémentaires avant d'abreuver Israël d'une telle infamie?

Malgré toute l'amitié qui lie le Congo à Israël pourquoi ce pays géant du continent africain en proie lui aussi à des conflits incessants et confronté à une situation économique des plus difficiles pour sa propre population accepterait d'accueillir des réfugiés quels qu'ils soient?  Le Congo, la RDC est l'une des cinq nations les plus pauvres du monde, 62 % de la population du pays — soit 60 millions de personnes — vit en dessous du seuil de pauvreté.

Evidemment non, à quoi bon? Tout passe quand il s'agit d'accuser Israël, et cette histoire du Congo en est une preuve supplémentaire.

Cependant, si déjà on évoque le Congo en référence à ce qui se passe dans la Bande de Gaza, alors je voudrais m'interroger sur un autre aspect.

J'ai été Ambassadeur au Congo il y a quelques années. Je connais bien ce pays.

Il a subi -et continue de subir – l'un des pires conflits du continent africain. Une guerre surnommée, mais qui le sait, qui en a entendu parler "la première guerre mondiale africaine".

Laissez-moi vous lire un instant les quelques lignes que Wikipédia consacre à ce conflit:

La deuxième guerre du Congo est un conflit armé qui se déroule sur le territoire de la république démocratique du Congo (RDC, anciennement Zaïre) de 1998 à 2003. Elle impliqua neuf pays africains, et une trentaine de groupes armés, ce qui en fait la plus grande guerre entre États dans l'histoire de l'Afrique contemporaine. Elle est aussi surnommée la « grande guerre africaine » ou encore la « (première) guerre mondiale africaine ».

Ce conflit a engendré de nombreux massacres et violations des droits de l'homme et entraîné, selon les sources, le décès de 183 000 personnes selon des démographes européens à environ 4 à 4,5 millions de personnes principalement de famine et de maladies selon un rapport de l'International Rescue Committee. Des millions d'autres ont été déplacées de leurs terres ou ont trouvé refuge dans les pays voisins.

Voila, tout a été dit; ce n'était pas au moyen âge ou même au siècle dernier. Non il y a tout juste quelques années. Les réseaux sociaux étaient déjà en activité, Internet, les smart phones, l'ONU et tous pourfendeurs d'Israël étaient en place.

Sans ambage, sans hésitation, sans aucune honte, on nous dit que ce conflit a "engendré" (quel terme tellement déplacé!) entre 183.000 et 4,5 millions de victimes!!!! Un delta de plusieurs millions de vies humaines qui n'intéressent personne, qui n'ont provoqué aucune réaction, aucune manifestation dans les rues des grandes villes occidentales et européennes, aucune effervescence à Harvard, aucune condamnation des leaders de la gauche bien pensante, aucune page de couverture des journaux et télévisions.

Des millions de femmes et d'enfants massacrés en Afrique noire n'ont intéressé personne. Alors que les chiffres arbitraires de victimes délivrés par une organisation terroriste et reconnue comme telle font l'objet chaque jour d'un décompte macabre qui continue chaque jour à alimenter la haine d'Israël et du peuple juif.

Voilà à mon sens le rapport entre le Congo, Israël et Gaza.

Daniel Saada

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Vayakhel - 08/09 Mars
Israël, Gaza et le Congo, chronique de Daniel Saada