En ce moment Écouter la radio

Un homme jugé pour avoir menacé de décapiter la maire de Romans-sur-Isère

France.

Un homme jugé pour avoir menacé de décapiter la maire de Romans-sur-Isère
Romans-sur-Isère - Wikipédia

Une édile courageuse, une femme de conviction qui est l’objet de menaces depuis la mort de Thomas à Crepol , voit cet après-midi jugé un homme l’ayant menacé de mort.

L’individu a été arrêté en Seine-Saint-Denis. Il avait menacé Marie-Hélène Thoraval de «jongler avec sa tête».

Plus d’un mois après la mort de Thomas lors d’une fête de village à Crépol, un homme accusé d’avoir menacé de mort la maire de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval, sera jugé ce vendredi après-midi en comparution immédiate.

À la suite du meurtre de cet adolescent de 16 ans, l’édile s’était élevée contre une partie de la population du quartier de la Monnaie, où résident certains suspects, qu’elle a qualifiés de «générations de délinquants». Cette prise de position lui a valu des intimidations, mais aussi des menaces de mort.

Sur Instagram, un individu l’a ainsi prévenu qu’il allait «jongler» avec sa tête et que tout cela serait «effectif d’ici un mois». Refusant de céder aux intimidations, Marie-Hélène Thoraval a porté plainte. Jeudi, un homme, suspecté d’être l’auteur de ce message a été interpellé par la police judiciaire en Seine-Saint-Denis. Il doit être jugé en comparution immédiate ce vendredi après-midi, s’il ne demande pas de délai pour préparer sa défense. Il encourt trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.

Le 6 décembre, un homme interpellé à Marseille a été condamné à huit mois de prison ferme pour «outrages». Il avait contacté la mairie de Romans-sur-Isère en demandant : «Madame la maire a-t-elle une kalash chez elle ? Vous l'avez entendue à la radio c'est une facho. Est-ce qu'elle a des gardes du corps arabes ?»

Un troisième individu est encore recherché par les enquêteurs, cette fois pour des menaces d’attentat visant la maire.

L’élue de la Drôme salue la mobilisation des forces de l’ordre. Cette seconde interpellation est perçue comme un «soulagement». Mais elle appelle à «ne pas relâcher la vigilance». «Je n’ai jamais perdu mon sang-froid, remarque-t-elle. Mais des énergumènes, il y en an encore beaucoup d’autres.»

Michel Zerbib

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
Un homme jugé pour avoir menacé de décapiter la maire de Romans-sur-Isère