En ce moment Écouter la radio

Takadu, l'IA au service de l'eau, chronique de Jean-François Strouf

Israël.

Takadu, l'IA au service de l'eau, chronique de Jean-François Strouf
Le système Takadu - Unsplash

Aujourd’hui nous allons ajouter deux éléments qu’on n’avait pas encore conjugés ensemble dans notre panoplie : l’eau et l’IA. Un système israélien de gestion et de maintenance de l’eau piloté par l’IA fait sensation dans le monde entier avec sa plate-forme de surveillance 24h/24 et 7 j/7 qui suit chaque fuite, rupture de tuyau et robinet cassé – économisant ainsi de l’eau, du temps et de l’argent. En gros les événements surviennent et si on ne les a pas anticipés, les dysfonctionnements, les dégâts et les perturbations peuvent être catastrophiques.

Amener l’eau jusqu’au robinet implique une série d’étapes bien plus complexes qu’ouvrir le robinet, toutes susceptibles d’être perturbées au long du processus. D’où l’importance d’un suivi permanent à 360 degrés. Takadu basée à Yehud a conçu son propre système logiciel de capteurs de collecte de données placés sur l’infrastructure, qu’elle appelle « gestion centrale des événements ».

Traditionnellement on gère l’eau de la même manière qu’on gère un système de surveillance des incendies. Elle est essentiellement réactive. L’inefficacité des réseaux d’eau est un problème majeur, et la perte d’eau dans le monde est estimée à 25%. Non seulement cela coûte des milliards de dollars, mais cela gaspille également une ressource précieuse.

Le système est constitué de nombreux capteurs en tous les endroits stratégiques. L’IA permet d’organiser et de prioriser les observations de manière à déceler la plus petite anomalie à un moment où elle n’est pas encore cruciale et est encore facile à colmater. Si l’opération est gérée de manière optimale, on est davantage en mesure de prioriser les actions du système et il y a donc moins d’effet de surprise et la maintenance est plus aisée.

Les données collectées par les capteurs sont transmises via le cloud à un tableau de bord central où elles sont analysées à l'aide de l'IA, traitées et signalées pour attention si nécessaire. On peut comparer cela à une une boîte de réception de courrier électronique, avec les problèmes qui nécessitent une attention, tous clairement présentés par ordre d'urgence.

Le logiciel étant désormais en place dans plusieurs sites, notamment en Australie et en Amérique latine, l'entreprise cherche à étendre sa portée à la gestion des eaux usées.

Jean-François Strouf

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
Takadu, l'IA au service de l'eau, chronique de Jean-François Strouf