En ce moment Écouter la radio

Les femmes retenues en otage par le Hamas à Gaza seraient gardées dans des cages

Israël.

Les femmes retenues en otage par le Hamas à Gaza seraient gardées dans des cages
Aviv Asher, 2,5 ans, sa sœur Raz Asher, 4,5 ans, et sa mère Doron reviennent en Israël après avoir été retenues en otage par les terroristes du Hamas - Unité du porte-parole de Tsahal

Les femmes enlevées sur le territoire israélien et retenues en otage par le Hamas à Gaza ont été détenues dans des cages, selon un rapport des médias israéliens, citant une déclaration d'un membre du Forum des otages et des familles disparues.

Cette affirmation n’est pas la première du genre ; Dans les jours qui ont immédiatement suivi les attentats du 7 octobre, des vidéos de la chaîne Telegram du Hamas montraient des enfants otages maintenus dans des cages pendant la majeure partie de leur temps en captivité.

Le Hamas a distribué lundi une lettre qui aurait été écrite par Danielle Aloni, qui aurait été kidnappée aux côtés de sa fille Emilia, âgée de 5 ans, et détenue en captivité. Dans la lettre, écrite en hébreu et traduite en arabe, elle aurait remercié le Hamas pour « l'humanité extraordinaire » apportée à sa fille, qui « se sentait comme une reine ».

La lettre disait également : "Je serai pour toujours prisonnière de l'amour parce que [Emilia] n'est pas partie d'ici avec un traumatisme psychologique pour toujours." La famille Aloni n'a pas confirmé cette lettre ni les déclarations qui y sont contenues, bien que largement diffusées sur les réseaux sociaux par l'organisation terroriste Hamas.

Cette lettre est l’une des nombreuses lettres que les otages ont été forcés d’écrire, selon les médias israéliens.

Les survivants ont déclaré avoir reçu une nourriture limitée pendant leur détention en otage, sans rapports clairs de violence physique ou de torture, bien qu'ils aient reçu une nourriture minimale. Parmi les petites rations qu'ils recevaient - du riz et du pita au mieux - les otages étaient souvent laissés à eux-mêmes pour cuisiner la nourriture et les enfants restaient avec eux. Ils ont également expliqué que leurs deux dernières semaines avaient vu les approvisionnements s'épuiser. Merav Mor Munder, le cousin de Keren Munder qui a été libéré vendredi, a déclaré à Channel 12 : "Il y avait des jours où il n'y avait pas de provisions, alors ils ne mangeaient que du pain pita. Ils n'étaient pas torturés, mais il y avait des jours où ils avaient à peine de la nourriture. ces derniers jours, ils n’ont mangé que très peu de riz."

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Tétsavé - 23/24 Février
Les femmes retenues en otage par le Hamas à Gaza seraient gardées dans des cages