En ce moment Écouter la radio

Le dirigeant de Bahreïn condamne l'attaque du Hamas du 7 octobre et appelle à la libération des otages

International.

Le dirigeant de Bahreïn condamne l'attaque du Hamas du 7 octobre et appelle à la libération des otages
Le prince de Bahreïn, Salman bin Hamad Al Khalifa - X

Le prince héritier et Premier ministre de Bahreïn, Salman bin Hamad Al Khalifa, est devenu le premier dirigeant arabe à condamner publiquement l'attaque du Hamas le 7 octobre lors d'un sommet sur la sécurité et la défense au Moyen-Orient ce week-end. Vendredi, lors d'un discours prononcé lors du sommet annuel sur la sécurité du Dialogue de Manama de l'Institut international d'études stratégiques, le dirigeant bahreïnien a déclaré qu'il condamnait « sans équivoque » le Hamas après que des milliers de terroristes ont afflué en Israël à travers la barrière frontalière de Gaza, massacré au moins 1 200 personnes. pour la plupart des civils, et a pris 240 otages. Qualifiant la situation à Gaza d'« intolérable », Khalifa a souligné que « tant dans l'Islam que dans le Judaïsme, la protection de la vie innocente est un devoir et une responsabilité morale ».

S'adressant aux participants au Dialogue de Manama, qui comprenaient des responsables diplomatiques et de sécurité du Moyen-Orient, des États-Unis et de l'Europe, le dirigeant de Bahreïn a déclaré qu'il se tenait « du côté des civils et des innocents, et non du côté des postures politiques ». Les attentats du 7 octobre ont été barbares, horribles. Ils étaient aveugles. Ils tuaient des femmes, des enfants, des personnes âgées, cela n’avait pas d’importance.

« Ils ont frappé des institutions civiles et des cibles militaires », a-t-il poursuivi. « Et en plus de cela, il semble qu'il soit désormais acceptable de prendre des otages, de les emmener et d'en parler comme s'il s'agissait d'un acte de guerre. C’est quelque chose que nous condamnons. Le prince héritier n’a pas non plus épargné ses critiques à l’égard d’Israël, ni de l’opération en cours à Gaza, par laquelle Israël s’est engagé à ramener les otages et à éliminer le Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis 2007.

Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, affirme que quelque 12 000 personnes ont été tuées à Gaza depuis le 7 octobre, pour la plupart des civils. Cependant, ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et incluraient des membres du Hamas, ainsi que des civils tués par des centaines de roquettes ratées lancées par des groupes terroristes de Gaza. « Je condamne sans équivoque la campagne aérienne qui a entraîné la mort de plus de 11 000 personnes à Gaza, dont 4 700 enfants », a déclaré Khalifa. "Maintenant, ces deux actions ont conduit à la mort d'innocents... les deux sont répréhensibles, les deux doivent cesser, et les deux sont des choses que nous devons traiter, avec le plus grand soin, à l'avenir, car ce que nous devons faire, c'est briser le cycle."

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Le dirigeant de Bahreïn condamne l'attaque du Hamas du 7 octobre et appelle à la libération des otages