En ce moment Écouter la radio

Scandale : «Où sont ces 1200 actes antisémites qu'il y a en France ?», interroge l’Imam de la Grande mosquée de Paris

France.

Scandale : «Où sont ces 1200 actes antisémites qu'il y a en France ?», interroge l’Imam de la Grande mosquée de Paris
L'Imam de la Grande Mosquée de Paris, Abdelali Mamoun - X

Les instances musulmanes de France n’en finissent pas de susciter le malaise en ne voulant pas condamner nettement le Hamas, en boycottant la marche contre l’antisémitisme et maintenant en contestant la réalité des 1500 actes antisémites commis en France depuis le 7 octobre. Un malaise profond alimenté par les dernières déclarations de l’Imam de la Grande Mosquée de Paris. Abdelali Mamoun a réfuté l’idée d’un «antisémitisme musulman» et demandé «des éléments concrets» concernant les centaines d’actes antisémites décomptés en France depuis le début de la guerre au Proche-Orient.

Imam de la Grande Mosquée de Paris, Abdelali Mamoun remettrait-il en cause les nombreux actes antisémites recensés dans le pays depuis le déclenchement par le Hamas d’une nouvelle guerre en Israël ?

«Je ne dis pas que les chiffres sont faux mais ils ne sont pas dévoilés, ils ne sont pas apparents», a déclaré l’imam, interrogé sur BFMTV et RMC par Apolline de Malherbe sur les 1200 incidents décomptés par le ministère de l’Intérieur, actualisés à 1518 ce mardi matin. «Parlons-en de ces actes antisémites. Pourquoi on n’en parle pas à la télé. Où sont ces 1200 et quelques actes antisémites qu'il y a en France ?», a questionné Abdelali Mamoun. «Moi j’aimerais bien qu’on les dévoile pour que nous puissions être véritablement solidaires et sensibles à cette question [...] j’aurais voulu qu’on dise que telle synagogue a été profanée, tel cimetière a été profané, tel individu de profession juive a été agressé», laissant entendre que les chiffres ne renverraient pas à des faits concrets.

L’Imam conteste l’antisémitisme musulman

«Vous avez un doute ?», interroge visiblement étonnée la journaliste sur le plateau. «Ne nous contentons pas de chiffres, nous aimerions avoir des éléments concrets», répond l’imam avant de préciser : «On veut nous parler d'antisémitisme musulman, c'est ça que nous condamnons.» «L'immense majorité de la composante musulmane aspire à vivre en paix à la fois avec le reste de la communauté nationale mais en particulier avec la composante juive», a ensuite affirmé Abdelali Mamoun.

Questionné ensuite sur le placement en garde à vue de huit mineurs pour avoir chanté des chants antisémites dans le métro, l’imam a condamné «avec fermeté» et «sans aucune réserve» avant de «relativiser». «Ce sont des enfants. Ils sont dans une attitude puérile, ils ne se rendent pas compte de la gravité de ce qu'ils font. Il faut relativiser. Je n'excuse pas, j'explique simplement qu'il y a des comportements qui émanent de personnes responsables, qui ont toute leur tête, et d'autres qui émanent de jeunes qui sont dans la provocation, dans le jeu», a-t-il affirmé.

L’Imam condamne du bout des lèvres le terrorisme du Hamas et évoque les "crimes de guerre de Tsahal"

Concernant la situation au Proche-Orient, Abdelali Mamoun a accusé «une succession de crime de guerre» du Hamas et d’Israël. «À partir du moment où on terrorise, où on tue des gens, c'est bien sûr du terrorisme, poursuit-il. Mais ce que fait l'armée (israélienne) quand elle bombarde et tue 11.000 personnes, vous appelez ça comment?», a-t-il rapporté. «Dans le droit international, le terme terrorisme n'existe pas. Il y a des crimes de guerre qui ont été d'abord commis par Israël à l'égard du blocus et de la prison à ciel ouvert à Gaza. En contrepartie, le Hamas a commis un crime de guerre contre la population israélienne. Et en contrepartie encore une fois, l'armée israélienne a aussi commis un crime de guerre. C'est une succession de crimes de guerre», a-t-il estimé.

L’Imam a aussi condamné «fermement les exactions» commises par le Hamas le 7 octobre. «Ils ont jugé, bêtement et de manière criminelle [...] que pour pouvoir réveiller l'opinion internationale sur le sort que subit Gaza, il fallait aller tuer... [...] et ils ont réussi».

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Scandale : «Où sont ces 1200 actes antisémites qu'il y a en France ?», interroge l’Imam de la Grande mosquée de Paris