En ce moment Écouter la radio

Une marée humaine fraternelle pour la «grande marche» contre l’antisémitisme

France.

Une marée humaine fraternelle pour la «grande marche» contre l’antisémitisme
Marche contre l'antisémitisme - DR

Lancée à l’initiative de Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, la manifestation a rassemblé 182.000 personnes dans l’Hexagone. C’est assurément une réussite pour la cause de la lutte contre le fléau de l’antisémitisme malgré les absences d’une grande partie de la gauche et … celle du président de la République.

Une réussite malgré les polémiques. 105.000 personnes au moins, selon la Préfecture de police, ont défilé dans le calme ce 12 novembre à Paris, entre la place des Invalides et le Sénat. De nombreux Français n’ont pu aller jusqu’au bout du parcours de la «grande marche civique» contre l’antisémitisme voulue par le président du Sénat, Gérard Larcher, et la présidente de l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet, tant une marée humaine s’était rassemblée sous la grisaille parisienne, entrecoupée d’éclaircies. Il y avait des drapeaux bleu-blanc-rouge et israéliens (très peu). Des Marseillaise et des chansons juives ont été chantées.

«Je suis extrêmement confiante, car aujourd’hui nous avons montré la plus belle image de la France, tous ensemble, quels que soient nos partis politiques», a déclaré Yaël Braun-Pivet devant le Palais du Luxembourg, lors d’un point presse juste avant de quitter le cortège, à 16h30. «Nous voulons dire à nos concitoyens de religion juive que nous sommes à leurs côtés, que nous sommes mobilisés, que nous ne laisserons rien passer», a assuré ensuite la première ministre, Élisabeth Borne.

Une Marseillaise orchestrée par Gérard Larcher, le président du Sénat 

Le cortège s’est élancé du parvis de l’Assemblée nationale. Il a ensuite fait un premier arrêt pour entonner une Marseillaise, orchestrée par Gérard Larcher, puis reprise par la foule amassée sur plusieurs kilomètres. Derrière une épaisse banderole qui reprenait le mot d’ordre de la manifestation, «Pour la République, contre l’antisémitisme», un carré de figures politiques menait le défilé aux côtés des deux présidents de chambre et de la chef du gouvernement, aux premiers rangs desquels les ex-chefs de l’État, Nicolas Sarkozy et François Hollande, des anciens premiers ministres, de Manuel Valls à Édouard Philippe, mais aussi de nombreux ministres et anciens ministres.

Au milieu des poids lourds politiques, une absence s’est faite remarquer. Celle d’Emmanuel Macron, qui a préféré adresser une lettre aux Français, révélée samedi soir par Le Parisien, dans laquelle il dénonce «l’insupportable résurgence d’un antisémitisme débridé», à quelques heures de la grande marche parisienne

«Dans ces moments, le chef de l’État doit être là pour l’unité de la nation. C’est son absence qui la remet aujourd’hui dangereusement en question. C’est une faute, et ce sera une faute devant l’histoire», a fustigé le patron des Républicains, Éric Ciotti. «Il aurait pu être là, d’autres présidents avaient été là», a déploré le communiste Fabien Roussel, en référence à la présence de François Mitterrand, en 1990, lors d’un rassemblement contre l’antisémitisme à Carpentras (Vaucluse). En fin de manifestation, le président du Crif, Yonathan Arfi, a laissé échapper un brin de déception, reconnaissant que la venue du chef de l’État «aurait rendu cet événement encore plus historique».

La marche était calme, mais la tension est montée d’un cran sur l’esplanade des Invalides, encore clairsemée avant le départ du cortège

La secrétaire nationale d’EELV, Marine Tondelier, le patron du PCF, Fabien Roussel, et le premier secrétaire du PS, Olivier Faure,ont avancé ensemble sous les huées d’une petite partie des manifestants. «Cassez-vous!», lance un homme. Un autre le suit: «Les vrais fachos, ils sont là! Collabos!» «Il nous semblait que notre place était ici. Nous avons toujours été dans les marches contre l’antisémitisme», a assuré Marine Tondelier. 

L’aigreur de Mélenchon sur X, la présence de Zemmour et Le Pen

«Toute la droite et l’extrême droite, pourtant unies, ont échoué à reproduire les mobilisations générales du passé», a de son côté déclaré Jean-Luc Mélenchon sur X (ex-Twitter), avant d’enchérir: «Le rejet de l’antisémitisme est plus large en France. Ils l’ont rabougri et rendu ambigu. Le peuple français restera uni malgré ses dirigeants.»

Éric Zemmour et Marion Maréchal, les deux figures de Reconquête! Étaient présents,tes«En France, les Juifs et les chrétiens ont été chassés des quartiers islamisés. Les djihadistes s’en prennent d’abord aux Juifs, puis aux chrétiens», a affirmé Éric Zemmour, avant de doubler la délégation du Rassemblement national.

Marine Le Pen est arrivée accompagnée de Jordan Bardella. La candidate «naturelle» du RN et le président du parti ont rejoint la cinquantaine de députés frontistes qui les attendaient. La députée du Pas-de-Calais a expliqué à la presse être «exactement à la place où elle devrait être». Elle a fustigé la «petite politique politicienne» de ses adversaires, notamment le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, qui expliquent depuis une semaine que la présence du RN à la manifestation est «indécente». Jordan Bardella et l’ancienne candidate RN à la présidentielle ont ensuite gardé le silence.

Seul moment tendu un groupuscule nommé Golem qui s’affirmait défenseur des Juifs a conspué l’arrivée de l’extrême droite à cette manifestation , la LDJ, elle, a applaudi le RN…

Il y a eu un moment tendu quand un groupuscule nommé Golem, réunissant une trentaine de «Juifs de gauche», a voulu perturber l’arrivée de Marine Le Pen et de ses troupes aux cris de «Le Pen, casse-toi, les Juifs ne veulent pas de toi». Ils ont été maîtrisés par les forces de l’ordre.

Mais des  manifestants ont crié aussi à plusieurs reprises: «Bravo, le RN. Bravo, Marine Le Pen.» La leader frontiste était également accompagnée de Sébastien Chenu, député du RN, vice-président de l’Assemblée nationale, le reste des élus formaient une longue ligne applaudie par la Ligue de défense Juive.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
Chabbat Chela'h - 28/29 Juin
La météo locale
Chabbat Béhaalotekha - 21/22 Juin
Une marée humaine fraternelle pour la «grande marche» contre l’antisémitisme