En ce moment Écouter la radio

Crimes de guerre : Jérusalem accuse des photo-journalistes d’avoir été informés en amont de l’attaque terroriste du Hamas

Israël.

Crimes de guerre : Jérusalem accuse des photo-journalistes d’avoir été informés en amont de l’attaque terroriste du Hamas
Photo-journalistes - Capture d'écran vidéo

C’est peut être le dernier scandale en date de cette attaque pogromiste du Hamas qui aurait « embarqué »dans son équipe génocidaire, des journalistes complices et travaillant pour de grandes agences de presse internationales.

L’ancien ministre de la Défense Benny Gantz a estimé jeudi que ces journalistes «ne sont rien d’autre que des terroristes, et devraient être traités comme tels»

Les autorités israéliennes ont accusé jeudi plusieurs photojournalistes indépendants qui ont couvert les massacres du Hamas du 7 octobre d’avoir été prévenus en amont par le groupe islamiste. «Les journalistes qui étaient au courant des massacres et qui ont tout de même choisi de rester spectateurs pendant que des enfants étaient massacrés, ne sont rien d’autre que des terroristes et devraient être traités comme tels», a écrit l’ancien ministre de la Défense Benny Gantz, membre du cabinet de guerre d’Israël.

Ces journalistes collabos seront sur la « kill list » selon Danny Danon

Danny Danon, représentant d’Israël aux Nations unies, est allé plus loin. Évoquant la «kill list» établie par Shin Bet, il a précisé que «les ’photo-journalistes’ qui ont pris part à l’enregistrement de l’assaut seront ajoutés à cette liste». C’est à dire des cibles à éliminer. La controverse est née jeudi après une publication d’HonnestReporting, une ONG militante israélienne qui «surveille les médias pour détecter tout parti pris contre» l’État hébreu.

Quatre photo-journalistes d’Associated Press et deux photojournalistes de Reuters sont notamment mis en cause

Le bureau de presse d’Israël a demandé jeudi des «clarifications» à AP, CNN, The New York times et Reuters, détaille le Financial Times. AP a répondu qu’elle n’avait pas eu connaissance en amont des attaques du 7 octobre, et reçu les premières photos plus d’une heure après le début de l’assaut. Reuters, CNN et Le New York Times ont apporté la même réponse, le quotidien américain dénonçant des insinuations «fausses et scandaleuses».

En revanche, CNN et AP ont annoncé avoir coupé leurs liens professionnels avec le photojournaliste Hassan Eslaiah. Sur une photo publiée par HonnestReporting, il pose en souriant au côté de Yahya Sinwar, leader du Hamas dans la bande de Gaza et cerveau de l’attaque du 7 octobre, qui l’embrasse sur la joue. Eslaiah a aussi été vu dans le Facebook live qui filmait avec son téléphone à l’arrière d’une moto sans gilet «press», une grenade dans la main. Oui ces journalistes sont des complices du Hamas et ils seront dorénavant une cible pour les opérations israéliennes de défense.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
1 commentaire

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Psss Il y a 7 mois

Des monstres !!

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
Crimes de guerre : Jérusalem accuse des photo-journalistes d’avoir été informés en amont de l’attaque terroriste du Hamas