En ce moment Écouter la radio

Au siège de l'ONU à New York, les défenseurs de la libération des otages du Hamas organisent un sit-in

International.

Au siège de l'ONU à New York, les défenseurs de la libération des otages du Hamas organisent un sit-in
Otages israéliens du Hamas - DR

Un mois après le massacre du Hamas en Israël le 7 octobre, des manifestants à New York se sont assis devant les Nations Unies pour attirer l'attention sur les 240 otages de 40 pays différents toujours détenus par le Hamas à Gaza. La manifestation a été organisée par la section new-yorkaise du Forum des otages et des familles disparues, une organisation bénévole créée par des citoyens israéliens pour plaider en faveur du retour des otages. Plus de 130 manifestants, dont des enfants âgés d’à peine quatre ans, étaient assis par terre, les yeux bandés noirs, chantant doucement tout en brandissant une grande pancarte indiquant « Secrétaire Guterres, et si le Hamas kidnappait vos proches ? »

Au cours du mois qui a suivi la prise d'otages du Hamas à Gaza, les partisans de leur libération affirment que leurs demandes ont été enterrées et politisées. Partout dans le monde, des affiches représentant les visages des personnes kidnappées ont été arrachées, et le cycle de l'actualité s'est depuis longtemps éloigné du massacre brutal par les terroristes dans le sud d'Israël de 1 400 personnes – en grande partie des civils, y compris des familles entières, massacrées au milieu d'atrocités brutales – qui a commencé la guerre d’un mois avec le Hamas.

Omer Lubaton-Granot, leader du Forum des familles des otages à New York, a déclaré que le rassemblement visait à appeler à un soutien plus fort de la communauté internationale. S'exprimant lors de l'événement, il a déclaré que des membres de sa propre famille avaient été kidnappés et assassinés.

« Je pense que nous estimons que le soutien de la communauté internationale, et notamment de l’ONU, n’est pas aussi fort que ce à quoi on pourrait s’attendre alors que nous sommes confrontés à la plus grande crise des otages de tous les temps. Et que les bébés, les personnes âgées, les femmes et les civils non associés sont retenus en otages par une organisation terroriste dont les intentions et la cruauté sont bien connues », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Lorsqu’on lui a demandé si le Forum des familles des otages avait des demandes politiques spécifiques, Lubaton-Granot a répondu que « l’ONU dispose de nombreux outils pour négocier ou servir de médiateur ou pour faire pression ou obtenir un effet de levier sur le Hamas. Et je m'en fiche de la manière dont ils choisissent. Il a appelé l'ONU à utiliser toute stratégie militariste, diplomatique ou économique possible pour ramener les otages en sécurité.

L'attaque du Hamas et la réponse militaire massive d'Israël ont créé une tempête politique aux États-Unis et à l'étranger. Les manifestations pro-palestiniennes et pro-israéliennes s’affrontent, et les discours et attaques de haine antisémites et islamophobes augmentent aux États-Unis.

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
Au siège de l'ONU à New York, les défenseurs de la libération des otages du Hamas organisent un sit-in