En ce moment Écouter la radio

"Les Israéliens racontent des histoires" sur le 7 octobre, affirme l’ex-Pink Floyd, Roger Waters

International.

"Les Israéliens racontent des histoires" sur le 7 octobre, affirme l’ex-Pink Floyd, Roger Waters
Le chanteur britannique antisémite, Roger Waters - DR

L’ex-membre des Pink Floyd, le musicien britannique Roger Waters, connu pour ses positions anti-israéliennes et antisémites, a déclaré que la version israélienne du massacre du 7 octobre était "louche", et qu'Israël "inventait des histoires" sur les atrocités commises sur de jeunes enfants. Invité d’un podcast, le fondateur du groupe de rock a confié que sa première réaction à l'annonce du massacre avait été: "attendons de voir ce qui va se passer", puis "comment diable les Israéliens ont-ils pu ne pas savoir que cela allait se produire ?".

S'interrogeant sur la manière dont l'appareil de sécurité israélien a pu souffrir d'une défaillance aussi spectaculaire, Roger Waters a demandé : "L'armée israélienne dans ces 10 ou 11 bases n'a-t-elle pas entendu les détonations lorsque [le Hamas] a fait exploser tout ce qu'il devait faire exploser pour passer la frontière ? Il y a quelque chose de très louche là-dedans", a-t-il dit, en référence aux bases de Tsahal situées à proximité de la frontière avec Gaza, dont la plupart des soldats, en majorité des femmes, ont été assassinés par les terroristes.

Waters prétend également que personne ne sait réellement ce que les terroristes "ont fait", et que la "résistance à l'occupation" non seulement est justifiée, mais que les Palestiniens sont "absolument tenus légalement et moralement de résister à l'occupation".

"Si des crimes de guerre ont été commis, je les condamne", a dit Waters, avant de mettre en doute la réalité de ces crimes. "Il est possible qu'il y ait eu des choses individuelles", a-t-il dit, faisant référence aux dires du site Grayzone, qui nie la plupart des preuves qu'Israël a produites sur les lieux du massacre. Grayzone est un site largement discrédité, connu pour avoir diffusé de la propagande en faveur des régimes russe et syrien. "L'affaire a pris des proportions invraisemblables avec des histoires de décapitation de bébés inventées par les Israéliens", a-t-il encore assuré. L'armée et les services de secours israéliens ont confirmé que la décapitation était l'une des nombreuses méthodes macabres utilisées par les terroristes du Hamas pour assassiner de jeunes enfants israéliens lors de ce "samedi noir".

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat 'Houkat - 12/13 Juillet
"Les Israéliens racontent des histoires" sur le 7 octobre, affirme l’ex-Pink Floyd, Roger Waters