En ce moment Écouter la radio

Surprise, le président Tunisien se désolidarise d’un projet de loi anti-Israël

International.

Surprise, le président Tunisien se désolidarise d’un projet de loi anti-Israël
Le président tunisien, Kaïs Saied - DR

Le Parlement tunisien avait annoncé à grand fracas de lourdes sanctions en cas de normalisation ou lien quelconque avec l'État hébreu, mais a finalement ajourné le vote de la loi scélérate proposée. Un groupe de députés de Tunisie a exigé vendredi de voter en faveur d’une loi, inédite pour la région, punissant de lourdes peines de prison toute normalisation avec Israël, un projet de loi dont s’est dissocié, à la surprise générale, le président Kais Saïed.

Les débats autour du texte qui considère comme un « crime de haute trahison » tout lien avec Israël, au niveau des institutions, des entreprises et des particuliers, ont démarré jeudi au Parlement tunisien

Le président du Parlement Brahim Bouderbala qui, à l’ouverture des travaux, avait parlé d’une « parfaite harmonie entre le Parlement, le président et l’opinion publique » sur cette question, a ajourné la séance sans vote jeudi. Il a pris cette décision après avoir été « informé par le président Saïed que le projet de loi incriminant la normalisation avec l’entité sioniste porterait atteinte à la sécurité de la Tunisie ». 

La Tunisie, qui avait accueilli l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à l’époque de Yasser Arafat de 1982 à 1994, soutient fermement la cause palestinienne. Le président Saïed a affirmé ces dernières semaines que la normalisation représentait une « haute trahison ». La loi prévoit des peines de 6 à 12 ans de prison pour toute « communication, contact, propagande, conclusion de contrats ou coopération, directement ou indirectement, par des personnes physiques ou morales de nationalité tunisienne avec toutes les personnes physiques et morales, affiliées à l’entité sioniste ». Toute interaction serait interdite aussi aux Tunisiens avec « les individus, les institutions, les organisations, les entités gouvernementales ou non gouvernementales » liés à Israël.

La communauté juive tunisienne compte un millier de personnes, dont une majorité vivent sur l’île de Djerba (sud) où est organisé tous les ans en mai un pèlerinage à la synagogue de la Ghriba qui attire des milliers de personnes. Lors de la dernière édition, un attentat avait fait 4 morts, en plein pèlerinage juif de Lag BaOmer.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
Surprise, le président Tunisien se désolidarise d’un projet de loi anti-Israël